VOTE | 613 fans

#106 : Héritages

Un gang de braqueurs de banque, baptisé The Gang Royal Flush, sévit dans une banque locale et blesse grièvement un officier de police hors service pendant un hold-up. Diggle dit àOliver qu'il doit s'écarter de la liste de son père et commencer à aider les citoyens de Starling City. Pendant ce temps, Tommy demande à  Thea des conseils en relation mais les choses se corsent quand elle se rend compte qu'il la questionnait et se confiait au sujet de Laurel. Moira demande des comptes à  Oliver sur l'ensemble de ses récentes disparitions alors qu'il doit assurer ses fonctions au sein de la famille.

Méchants de l'épisode : Le Gang Royal Flush (l' As, le Roi, la Reine et le Valet) Personnage de La Liste : Scott Morgan (mentionné)

Popularité


3.82 - 11 votes

Titre VO
Legacies

Titre VF
Héritages

Première diffusion
14.11.2012

Première diffusion en France
16.10.2014

Vidéos

Promo CW

Promo CW

  

Extrait #1 - Oliver/Felicity (VO)

Extrait #1 - Oliver/Felicity (VO)

  

Diffusions

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Jeudi 16.10.2014 à 00:10
1.60m / 34.2% (Part)

Logo de la chaîne The CW

Etats-Unis (inédit)
Mercredi 14.11.2012 à 20:00
3.83m / 1.2% (18-49)

Plus de détails

Réalisation : John Behring

Scénario : Marc Guggenheim & Moira Kirland

 

Guest Stars :

Annie Ilonzeh ... Joanna De La Vega
Currie Graham ... Derek Reston
Emily Bett Rickards ... Felicity Smoak
Jamie Sheridan ... Robert Queen
Karen Holness ... Jana Washington
Kyle Schmid ... Kyle Reston
Mathew Toma Yanagiya ... Stan Washington
Roger Cross ... Detective Lucas Hilton
Sarah-Jane Redmond ... Mrs. Reston
Tom Stevens ... Teddy Reston
Warren Christie ... Carter Bowen

Un braquage a lieu dans une banque. Les trois personnes masquées sont bien organisées: ils vont au coffre fort tandis qu'un autre surveille les otages. Un des preneurs d'otages tue un policier en civil. L'un des employés avait déjà fait sonner l'alarme silencieuse, et la police était déjà sur place. Les otages sont libérés mais portent cependant le même masque que les braqueurs. Les voleurs quant à eux sont partis, en creusant un sous-terrain.

Dans la planque, Oliver entraîne Diggle au combat. On apprend que son mentor s'appelait Yao Fei. L'entrainement terminé, Oliver expose sa nouvelle cible: Scott Morgan, il dirige la conduite des eaux des Glades, il s'acharne à augmenter les prix, et les habitants ne peuvent plus payer. Il les met donc dehors sans scrupule, même en hiver. Diggle lui propose le groupe de braqueurs. Oliver préfère s'occuper de sa liste, un autre policier pourra prendre en charge cette autre affaire. Diggle n'est pas de cet avis, il y a plusieurs moyens de sauver la ville, mais Oliver est obstiné par sa liste. Oliver lui dit ne pas être un héros.

[Flashback] Oliver déchire les pages de son carnet pour que son feu reste allumé. Soudain, il voit son père.

Dans les bureaux de Laurel, elle reçoit la visite de Tommy. Il lui demande de venir faire une virée avec lui. Cependant, Laurel est sur une affaire, la City Necessary Resources Initiative (CNRI) - société où travaille Laurel - vient de perdre un actionnaire important. Tommy ne perd pas espoir.

Chez les Queen, Thea fait part à Oliver de l'état de leur mère. Walter est parti en voyage d'affaires, mais elle pense qu'il y a plus que ça. Moira arrive, elle a invité la famille de Carter Bowen, un ami pas très apprécié d'Oliver, à venir dîner un soir. Oliver décline l'offre mais sa mère l'y oblige. Seul, Oliver reçoit l'appel de Diggle, au sujet de Morgan, il a tenté de se suicider, de peur d'être arrêté par Arrow. Oliver fait faux bond à Tommy qui est venu pour inaugurer sa nouvelle voiture de sport. Thea arrive et lui dit que comme son frère n'est pas là, elle peut être la personne qui peut le conseiller si besoin, si Tommy se sent seul. Il lui explique alors sa situation: il aime une fille qui n'est pas préoccupée par son argent, mais comment la séduire ? Selon la jeune fille, il n'a qu'à lui dire ce qu'il ressent, être lui-même.

En ville, Oliver se rend à l'endroit où Diggle lui a donné rendez-vous, à l'hopital, un homme est dans un état critique. Il s'agit en fait du policer dans le coma qui a essayé de sauver les otages dans la banque de Starling City. Diggle réussit à convaincre le jeune homme de s'occuper des braqueurs.

Dans la planque, ils réussissent à identifier partiellement celui qui a tiré sur le policier. Sa bague provient d'une université. Cette bague aurait pu être photographiée par la police, pour en obtenir une empreinte, Arrow se rend chez eux.

Au travail de Laurel, Tommy expose son projet pour aider le CNRI, Laurel se passerait bien de ses services mais Joanna n'est pas du même avis, elles ont besoin de fonds.

Dans les fichiers de la police, Oliver trouve l'empreinte de la bague sur le visage du directeur de la banque - qui avait été frappé. Il s'agit de Larchmont High School. Scrutant le profil du voleur, il trouve un certain Kyle Reston qui a abandonné ses études et a disparu avec sa famille. La police recherche une équipe de braqueurs, alors qu'en fait c'est une famille qu'il faut arrêter.

Dans la maison des Queen, les Bowen sont là pour le dîner. Carter cherche Oliver qui arrive un peu en retard. L'homme ne manque pas de modestie pour raconter ce qu'il a fait durant ses cinq dernières années, alors qu'Oliver était coincé sur l'île.

Dans une camionnette, la famille Reston se prépare. Ils attaquent la First Bank of Starling. Diggle informe Oliver qui s'échappe de table. Si le mode opératoire est le même, ils s'échapperont dans les souterrains de réserve d'eau, puis dans le métro.

La police est sur les lieux, dans les souterrains, les braqueurs sont pris d'assaut par la police et par Arrow. La famille Reston a pu s'enfuir, mais sans l'argent. Les parents pensent que c'est un signe pour arrêter de braquer, mais leurs fils ne sont pas d'accord, ils n'ont pas assez pour aller vivre ailleurs. Alors le père accepte de faire un dernier braquage.

Oliver demande un autre service à Felicity. Elle doit rechercher sur le net, un certain Derek Reston. L'homme a travaillé au Queen Steel durant quinze années, jusqu'à sa fermeture en 2007. Il fut licencié, il n'a pas touché d'indemnité et a beaucoup perdu notamment sa maison.

[Flashback] Oliver parle à l'esprit de son père. Celui-ci le moralise, son fils devait survivre, mais il pense qu'il ne peut plus, alors il lui passe son revolver, il reste une balle, afin qu'il mette fin à ses jours. Oliver lui dit que de toute façon il va mourir, qu'il veut que ça soit rapide. Il ne se sent pas fort, et pointe l'arme contre sa tête.

Oliver se donne pour mission de donner une chance aux Reston. Même s'ils sont des criminels, la faute incombe au père d'Oliver, donc à sa famille.

Au bureau de Laurel, en plein travail pour organiser une soirée de collecte de fonds pour le CNRI, Laurel demande à Tommy pourquoi il s'en préoccupe maintenant. Il avoue se rappeler des bons moments passés avec elle, qu'il pense que quand ils étaient ensemble, c'était plus que ça en fait. Que ça lui manque.

Dans un bar, Derek Reston s'amuse aux jeux. Oliver lui rend visite, il lui fait savoir qu'il y a d'autres chemins à emprunter au lieu de ce qu'il a choisi actuellement. Le jeune homme lui propose un nouveau job. Reston décline sa charité. En partant, Oliver dépose un mouchard dans sa poche.

A la planque, Oliver écoute la conversation des Reston: Derek souhaite arrêter les braquages, mais sa femme ne veut pas arrêter sans leurs fils. Derek finit par accepter. Oliver décide d'en finir.

A la soirée de collecte de fond, Laurel est surprise par le nouveau vocabulaire employé par Tommy. Celui-ci part remercier Thea, qui est déçue de voir qu'il s'agit de Laurel. Oliver a une grosse conversation avec sa mère, qui lui en veut pour le dîner avec les Bowen. Diggle arrive et lui annonce discrètement que Redwood United Bank va être attaquée à minuit par les Reston. Oliver laisse sa mère, qui lui en veut encore plus.

A la banque, les braqueurs endorment le vigile et se servent dans le coffre. Ils entendent un bruit, Arrow est là. Kyle se charge de le tuer, en même temps il se fait toucher par une flèche. Le vigile se réveille et prend son arme, il tire sur Kyle mais Derek le protège et reçoit la balle. Kyle est assommé. En agonisant, Derek dit à Oliver, qui a enlevé sa capuche, qu'il a entraîné son fils dans cette histoire.

[Flashback] Il appuie sur la détente, mais aucune balle. Oliver s'y attendait, il hallucine en voyant son père. Celui-ci lui dit que c'est évident, et que cela prouve qu'il l'aurait trahi. Robert est mort pour que son fils vive, son sacrifice fut inutile. Il lui ordonne de rectifier ses erreurs, il en est de sa responsabilité. Oliver dit qu'il ne peut même pas partir de cette île. Son père lui dit qu'il l'aime malgré tout.

A la soirée, Laurel danse avec Carter au mépris de Tommy. Thea a beaucoup bu, elle tente de l'embrasser. Tommy lui fait comprendre qu'elle est comme sa soeur. A l'extérieur, la jeune fille vomit. Laurel arrive et avoue à Tommy qu'elle a dansé avec lui juste pour obtenir des fonds. Tous les deux deviennent proches.

Dans la planque, le garde du corps lui assure que ce qui est arrivé n'était pas sa faute, mais Oliver n'est pas convaincu. Diggle lui dit que Robert serait honoré par ce qu'Oliver a fait pour Derek et demande si Oliver croit qu'il y a maintenant plus d'un moyen pour sauver la ville de Starling. Oliver acquiesce.

[Flashback] Oliver se réveille en sursaut. Fatigué, il arrache une feuille de son carnet, pour la mettre au feu. Mais juste avant de l'y lancer, il voit, grâce à la chaleur du feu, que des écritures apparaissent. Il en est de même pour tout le carnet. Il comprend sa responsabilité.

Oliver revoit sa mère. Elle boit un verre, elle s'excuse de son attitude envers lui. Elle se sent seule, son fils lui manque. Sa mère lui manque aussi. Il l'invite à manger un burger, et prennent du temps pour eux.

ARROW
SCRIPT VF
1X06 « HERITAGES »

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

VOIX OFF D’OLIVER : Je m’appelle Oliver Queen. Je suis resté 5 ans sur l’île où j’ai échoué, avec un seul but, survivre.

Le présentateur du journal Tv : Oliver Queen est vivant.

VOIX OFF D’OLIVER QUEEN : Maintenant je vais accéder à la dernière volonté de mon père.

[FLACHBACK SUR LE RADEAU DE SURVIE]

ROBERT QUEEN : Tu peux rentrer à la maison, réparer mes tords.

OLIVER : Noooooon !!!!!

VOIX OFF D’OLIVER : Me servir de la liste de nom qu’il m’a laissé, et faire tomber les personnes qui gangrènent ma ville. Pour le faire, je dois devenir quelqu’un d’autre. Je dois devenir quelque chose d’autre.

DANS UNE BANK DE STARLING CITY.

Trois hommes armés entrent, l’un d’eux tire des rafales de mitraillettes en direction du plafond.

LES MALFRATS : Couchez vous ! Tout le monde à terre ! Garder la tête baissée ! Et personne ne se fera tuer. Couchez vous ! Aller ! Tout le monde à terre on se dépêche !

UN EMPLOYÉ : Vous ne pourrez pas percer le coffre, il est trop épais !

L’un des malfrats l’assomme d’un coup de poing.

LE MALFRAT : Ferme là !

LE CHEF DES BRAQUEURS : Aller ! Aller !

L’UN DES BRAQUEURS : On est dedans.

UN AUTRE DES BRAQUEURS : Trois minutes !

Deux malfrats t dans le coffre-fort à prendre les billets et le troisième est resté dans le hall de la Bank. Un policier est dans la banque et il est sur le point de prendre son arme cachée dans une de ses chaussures. Une femme qui est à côté de lui dit : « Vous voulez tous nous faire tuer ? »

LE POLICIER : N’ayez pas peur, je suis de la police.

Dans le coffre-fort, les deux hommes se dépêchent de prendre l’argent.

DANS LE HALL, UNE CLIENTE : Je vous en supplie ne fait pas ça ! Je ne veux pas mourir. Je vous en prie !

Le malfaiteur qui est resté dans le hall de la banque tire sur le policier. Tous les clients hurlent de peur. Les deux autres malfrats sortent alors du coffre.

L’UN DEUX : Qu’est-ce qui s’est passé ?

L’AUTRE MALFRAT RÉPOND : C’était une saloperie de flic !

LE DEUXIÈME MALFRAT : On tire que quand c’est nécessaire !

La police arrive devant la banque et braque leurs armes sur l’entrée de celle-ci.

L’UN DES MALFRATS : Tu entends ? Quelqu’un a déclenché l’alarme.

L’AUTRE MALFAITEUR : Ne fais pas ça ! Ça suffit on se tire !

HILTON AU HAUT PARLEUR : Police de Starling city posez vos armes et sortez les mains en l’air. Je répète posez vos armes et sortez les mains en l’air.

Les portes de la banque s’ouvrent.

HILTON : Ne tirez pas ! C’est les otages ! Mills occupez-vous de les contenir. A toutes les unités on entre, on entre.

Les policiers entrent dans le hall de la banque, mais les malfaiteurs sont partis. Il ne trouve que le corps du policier blessé. Certains d’entre eux vont dans le coffre et constate qu’il y a un énorme trou dans le sol. Les malfaiteurs sortent d’une bouche d’égout avec le pactole. Ils se disputent à propos du policier que l’un d’eux a abattu.

LE CHEF DES BRAQUEURS : Aller grouille ! Tu as tiré sur un flic, ce n’est pas la façon de faire !

LE JEUNE BRAQUEUR : Ah ouais ! C’est quoi notre façon de faire ? C’est de se laisser tuer !

LE CHEF DES BRAQUEURS : Monte dans le van.

LE JEUNE BRAQUEUR : C’est ça !

LE CHEF DES BRAQUEURS: Monte dans le Van. Fonce !

BASE D’ARROW

Oliver s’entraine avec Diggle. Oliver esquive un coup.

OLIVER : Surveille ta main de garde Diggle. Aller !

DIGGLE : Ok !

Oliver envoie un coup de barre dans la figure de Diggle.

OLIVER : Accélération variable. Le combat suit un rythme, si tu en changes brusquement, tu déstabilises l’adversaire.

DIGGLE : Jolie technique ! Qui te l’a apprise ?

OLIVER : Il s’appelait Yao Fei.

DIGGLE : C’est lui les cicatrices ?

OLIVER : L’une d’elles, ouais.

DIGGLE : Et les autres ? Tu sais un de ces jours, tu devras vraiment me dire ce qui s’est passé sur île.

OLIVER : Absolument.

L’entrainement reprend et Diggle reçoit un nouveau coup dans le dos par Oliver.

OLIVER : Mais pas aujourd’hui.

DIGGLE : En tout cas ces coups sont redoutables.

OLIVER : Ouais. Ce soir je vais m’en servir sur lui. Scott Morgan, contrôle l’eau et l’électricité des Glades. Il augmente les prix quand les gens ne peuvent pas payer. Et il leur coupe le courant même en plein hiver.

DIGGLE : C'est-à-dire pas avant un mois. Regarde, ces cambrioleurs à Keystone, il y a trois ans. Ils sont allés vers l’ouest en braquant des banques en chemin. Ce matin ils ont attaqués la Starling City Trust. Ils ont tirés sur un flic en repos. Il est dans le coma. Les médecins disent que sa vie ne tient qu’à un fils.

OLIVER : Si c’est un flic, la police va s’en occupée.

DIGGLE : La police est débordée. Elle manque de moyen. Ces types ne frappent pas qu’une fois. Ils braquent deux à trois banques par ville. Ce qui veut dire qu’ils sont entrain de mettre leur prochain coup au poing.

OLIVER : J’ai l’impression que tu n’as pas tout à fait compris ce que je fais.

DIGGLE : Tu arrêtes des criminels avec un arc.

OLIVER : Je ne m’en prends pas aux délinquants. Ils ne sont que les symptômes du mal, alors que j’essaye d’en éradiquer les causes.

DIGGLE : Oui ! Des grands patrons et des entrepreneurs. J’ai compris. Tout ce que j’essaye de te dire...C’est que...Peut-être que tu peux changer le cours des choses, en ne te limitant pas aux noms écrits sur ces pages. Je suis sûr que ton père serait d’accord.

OLIVER : Tu ne comprends pas ! Mon père est mort pour que je puisse survivre et pour que je vienne en aide à la ville que lui et les personnes notées dans ce carnet ont ruiné. Chacun des noms que je raye de cette liste honorent son sacrifice.

DIGGLE : Mais il existe plus d’une façon de sauver Starling.

OLIVER : Pas pour moi ! Des crimes dans cette ville, ils en commettent tous les jours. Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? Que j’arrête tout le monde ?

DIGGLE : On dirait que tu as une définition limitée de ce qu’est un héros.

Diggle quitte la base d’Arrow.

OLIVER : Je ne suis pas un héros.

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Dans la grotte, Oliver est allongé et entretient le feu en déchirant les pages du carnet de son père. Oliver a alors une hallucination de son père. Celui-ci l’attrape. Oliver recule, puis se lève pour se retrouver face à Robert.

OLIVER : Papa ! 

                                         ******************GENERIQUE*****************

CNRI

LAUREL : Dis-moi que c’est un cauchemar et que je vais me réveiller. Je t’en prie ! Stagg industrie ne peut pas nous retirer son soutient, c’est notre plus gros donateur.

JOANNA : Je sais Laurel, c’est idiot, mais c’est l’économie.

LAUREL : Non. C’est l’économie qui est idiote. Bon, sans Stagg on peut tenir combien de temps avant de devoir fermer ?

JOANNA : ça dépend tu as quelle heure à ta montre ?

TOMMY : A la mienne c’est l’heure de la fiesta. Ou de la siesta, je ne sais plus lequel veut dire la fête, lequel veut dire sieste.

LAUREL : Tommy j’adorerais revivre ma première année d’espagnole avec toi, mais je ne suis pas d’humeur à rire.

TOMMY : Bien sûr que non. Travailler dans ce minuscule bureau en brique c‘est insoutenable. Tu sais ou cela serait absolument fantastique de passé la soirée ? Coast City. Voilà ce que je te propose. Un vol au soleil couchant dans mon jet privé, un petit diner chez Broome’s et tu seras rentrée vers minuit ou au plus tard demain matin. Hum.

LAUREL : Qu’est-ce que tu racontes ?

TOMMY : Je t’offre ce dont on a parlé. L’occasion de découvrir mon vrai visage.

LAUREL : Tommy. Pour être parfaitement claire. Le bureau d’aide juridique a perdu son plus gros donateur ! Ce qui veut dire que tous les efforts et tous les sacrifices que j’ai fait pour que ce bureau reste ouvert, je les ai peut-être fait pour rien !
TOMMY : Peut-être une autre fois ! D’accord ?

MANOIR DES QUEEN.

En haut des escaliers.

THEA : Tu n’as pas remarqué qu’elle avait l’air déprimée en ce moment ? Hum... Qu’est-ce que je raconte ? J’ai oublié à qui je parlais.

OLIVER : Tu es mal placé pour juger. Depuis quand tu t’intéresses à ce que maman ressent ?

THEA : Depuis que notre beau père a soudainement décidé de faire un voyage d’affaire à l’autre bout du monde.

OLIVER : Quand on a le niveau de responsabilité de Walter. Un voyage d’affaire, c’est toujours soudain. Ne t’inquiète pas !

MOIRA : Ah devinez qui je viens d’avoir au téléphone ? Janice Bowen. La mère de Carter.

THEA : Ahhh.

OLIVER : Oh, oh oh , Carter Bowen. Le fils parfait !

MOIRA : Il est parfait ?

OLIVER : Selon toi, oui ! Carter Bowen, vient de gagner un championnat national d’échec. Carter Bowen anime le concours d’éloquence cette année.

MOIRA : Je suis sûre de ne pas en avoir fait une telle histoire.

THEA : Carter vient d’être accepté à Harvard et à Princeton.

OLIVER : C’est parce que Carter a toujours bien travailler à l’école.

THEA : Et il a trouvé un remède contre le cancer tout en poursuivant ses études.

OLIVER : Il est trop fort.

MOIRA : D’accord, d’accord, d’accord, ça va, j’ai compris. Ils viennent pour le Brunch. J’espère que vous serez là.

OLIVER : J’ai d’autre projet.

MOIRA : Pas de problème. Le brunch à lieu demain.

THEA : Ah, ah, tu étais à deux doigts de t’en sortir.

MOIRA : Toi aussi Thea.

OLIVER : Et toc.

THEA : Plus personne ne dit ça Oliver.

OLIVER : Quoi ? Maman.

MOIRA : Hum.

OLIVER : Je ne pourrais pas être là.

MOIRA : Je n’ai pas revu les Bowen depuis des années. Alors quoi que vous ayez prévus. Je suis certaine qu’exceptionnellement vous pourrez faire un petit sacrifice.

OLIVER : Nous serons là.

THEA : Je te déteste.

OLIVER : Mmmm...

Le téléphone d’Oliver sonne.

OLIVER : Oui.

DIGGLE : Ton copain Scott Morgan qui est sur ta liste, il a fait une tentative de suicide. Il a peut-être eu peur de ta visite. Tu peux venir à l’hôpital de Starling.

OLIVER : J’arrive tout de suite.

Au moment où Oliver s’apprête à quitter le manoir Tommy entre.

TOMMY : Tient je voulais te voir. Je suis venu avec ma nouvelle voiture de sport. On pourrait voir jusqu’à combien elle peut monter et se prendre quelques PV pour excès de vitesse.

OLIVER : C’est tentant, mais il m’arrive un petit imprévu. Faut que j’y aille.

TOMMY : Ah, Ok. C’était sympa de se parler.

THEA : ça va vite avec lui. Il faut le suivre.

TOMMY : Ce qui est assez drôle, vu que c’est toi qu’on appelle Speedy.

THEA : Ah. Ça c’était avant, c’est fini maintenant. Mais si tu as besoin de quelqu’un à qui parler, je suis là.

TOMMY : En fait... Tu pourrais peut-être m’aider. Il y a une fille à laquelle...Comment dire... Je m’intéresse et je ne suis pas certain de savoir comment m’y prendre avec elle.

THEA : Tu as essayé ta technique d’approche habituelle ? « Salut je m’appelle Tommy Merlyn je suis milliardaire et je suis ni vieux, ni moche. »

TOMMY : Oui. Et elle est au courant de tout et ça lui est égal. L’argent n’a pas beaucoup d’importance à ses yeux.

THEA : Pourquoi tu ne lui dirait pas ce que tu ressens ?

TOMMY : Et ben. Je l’a connais depuis très longtemps et je ne suis pas sûre que l’approche direct soit la meilleure.

THEA : Alors je te conseil de trouver ce qui a de l’importance à ses yeux et d’en faire ton objectif.

TOMMY : Thea. Tu es merveilleuse. Je t’adore...

Tommy quitte le manoir.

HÔPITAL DE STARLING CITY.

Oliver arrive en moto et se gare le long du trottoir.

OLIVER : C’est étrange ? Scott Morgan me parait, pas être le genre de type à se suicider.

DIGGLE : C’est vrai, mais c’est le premier mensonge qui m’est passé par la tête.

LA FEMME DU POLICIER TOUCHÉ : Monsieur Diggle, je ne vous remercierais jamais assez d’avoir fait transféré mon mari de l’hôpital du compté à l’hôpital de Starling. Maintenant je sais qu’il recevra les meilleurs soins possibles.

DIGGLE : Vous devriez remercier cet homme, Oliver Queen, c’est lui qui paye. Stan le mari de Jana est officier de police. Il se trouvait là pour déposer de l’argent à la Starling trust.

OLIVER : La banque qui a été braquée ? Je suis sincèrement navré pour ce qui est arrivé à votre mari. Il va s’en sortir ?

JANA : Les médecins se prononceront que dans 24 heures. Stan aurait dû garder la tête baissée.

DIGGLE : J’ai connus quelques policiers dans le temps. Ils sont toujours prêts à aider les autres, même s’ils risquent leurs vies pour ça.

JANA : Merci

OLIVER : Je vous en prie... Tu m’as menti.

DIGGLE : Tu m’as demandé de travailler avec toi, pas pour toi. Tu me l’as demandé parce que tu comprenais quel genre d’homme je suis. Et bien je ne suis pas le genre à laisser passer une occasion de changer le court des choses. Tout comme Stan Washington. Oliver ! Je n’ai pas fini de parler. Où tu vas ?

OLIVER : Changé le cours des choses. On va coincés des braqueurs de banques.

BASE D’ARROW

Diggle et Oliver visionnent la vidéo du braquage.

DIGGLE : Regarde celui-là, c’est un nerveux.

OLIVER : C’est lui qui a tiré sur Stan Washington ?

DIGGLE : C’est ça !

OLIVER : Il porte la bague de l’université.

DIGGLE : Un lycée à mon avis.

OLIVER : On va l’identifié grâce à elle.

DIGGLE : Ouais, mais même en améliorant la définition, ça va être difficile de l’avoir nettement.

OLIVER : Oui mais elle a laissé une marque que la police a dû photographier. Ils doivent avoir la photo.

DIGGLE : Je t’en prie, dis-moi que tu ne vas pas là où je crois ?

OLIVER : Je ne sais même pas pourquoi tu me poses la question !

POSTE DE POLICE LA NUIT.

Oliver s’y est introduit.

HILTON A UN AUTRE POLICER : Non, mais tu rigoles ou quoi ? Je ne veux pas le savoir ! Viens pas me parler de paperasse, quand l’un des nôtres c’est fait tirer dessus ! Dis leur d’en faire des confettis, si ça leur chante.

Une fois qu’ils sont partis Oliver s’assoit devant un ordinateur et enclenche une clé USB dans l’ordinateur. Une fois toutes les informations téléchargées, Oliver s’en va.

CNRI

Laurel entre et voit Joanna avec Tommy.

LAUREL : Alors où est-ce que tu m’emmènes aujourd’hui ? Monté Carlo ?

TOMMY : Figure toi que j’étais entrain de dire à Joanna que le Merlyn Global groupe cherchait actuellement à étendre ses activités mécénats. Et j’ai pensé que nous pourrions financer un gala de charité pour le bureau d’aide juridique.

LAUREL : Merci Tommy. Mais nous n’avons pas besoin de l’argent de ta famille pour nous en sortir.

JOANNA : Laurel, je peux te voir ? Par ici. Qu’est ce qui te prend ?

LAUREL : ça ne l’intéresse pas de financer un gala de charité. Ce qu’il veut c’est organiser la grande tentative annuelle dans mon lit, Joanna.

JOANNA : On s’en fiche de ce qu’il veut ! On a besoin d’argent.

LAUREL : Pas à ce point-là !

JOANNA : Si Laurel ! Je t’assure. Tu vas faire ce que te dit ton meilleur ami. Tu vas retourner là-bas et tu vas dire merci beaucoup Tommy, Nous saurions honorer d’accepter ta proposition. Hum...

LAUREL : Merci Tommy, nous saurions honorer d’accepter ta proposition.

A cette annonce tommy sourit.

BASE D’ARROW

Oliver regarde les photos du cambriolage qu’il a pris à la police.

OLIVER : Quand l’as de pique a frappé le directeur, sa bague a laissé une marque. Lycée de Larchmont. Tu avais raison. J’ai croisé sa taille à son âge estimé avec une liste d’étudiant et d’anciens élèves.

DIGGLE : La liste doit-être sacrément longue.

OLIVER : Elle l’était. J’ai creusé un peu et j’ai trouvé Kyles Reston, juste avant sa dernière année. Il n’a pas seulement quitté le lycée, il a disparu des radars, ainsi que toute sa famille. Le père, la mère, et le petit frère.

DIGGLE : Il y avait deux autres hommes impliqués dans ce braquage.

OLIVER : Ainsi qu’une femme. Sans compter Stan Washington, Il y a vingt-deux clients et employés qui sont ressortis. Neuf hommes et treize femmes. Tandis qu’à l’intérieur de la banque ils y avaient neuf hommes et quatorze femmes.

DIGGLE : Une complice infiltrée.

OLIVER : La mère. La police cherche une équipe. Nous on cherchera une famille. Et en parlant de ça, la mienne va me tuer pour mon retard.

MANOIRE DES QUEEN.

JANICE BOWEN: Je suis désolée que Walter n’ai pas pu se joindre à nous.

MOIRA : Et oui que veux-tu. Son voyage en Australie a été un peu soudain. Il vous envoie ses excuses.

CARTER BOWEN : Oliver n’est pas là. Il est parti en voyage aussi ?

MOIRA : Je suis sûre qu’il a été ...

OLIVER : Prit dans les embouteillages. C’est une chose qui ne m’a pas manqué sur l’île. Les chauffeurs du Dimanche. Pardon d’être en retard.

MOIRA : Hum...

THEA : Dieu merci tu es là.

JANICE : ça me fait tellement plaisir de te revoir. On a tous cru que tu étais...

MOIRA : Il suffit de lui dire que nous sommes heureux de le revoir.

CARTER : Surtout que tu es devenue une vedette.

OLIVER : Comment ça ?

CARTER : Et bien le rejeton milliardaire, naufragé pendant cinq ans. Tu sais que les éditeurs se battent pour obtenir les droits sur l’histoire de ta vie. C’est du moins ce que mon agent m’a dit.

OLIVER : Ton agent ? Je croyais que tu étais neurochirurgien ?

CARTER : Je sais ! C’est fou n’est-ce pas ? J’écris un simple livre sur la façon dont la potentialisation à long terme amorce la création d’une synthèse de protéine lente et voilà qu’un agent se met en tête de faire de moi le prochain docteur Oz. Hein !

OLIVER : Pourquoi veut-il que tu sois magicien ?

Tous rigoles.

MOIRA : Oliver...

THEA : Le docteur Oz est un médecin connu qui passe à la télé.

CARTER : Je pense que faisant partit des habitants de Starling les plus favorisés on a le devoir d’aider ce qui en ont le plus besoin.

MOIRA : Bien entendue.

CARTER : Tu n’es pas d’accord ?

OLIVER : Hum. C’est toi le héros.

FRIST BANK STARLING.

Une camionnette bleue avec trois hommes.

LE PERE : On entre et on sort. Et essaye de ne flinguer personne.

Les trois homes baissent leurs masques et descendent de la camionnette. Ils fracassent la porte arrière de la banque avec un marteau.

JANICE BOWEN : Maintenant que tu es revenus. Quel sont tes projets ? Tu vas travailler chez Queen Consolidated ?

OLIVER : Je vais ouvrir une boite de nuit.

A cette annonce Théa pouf de rire.

DIGGLE : Monsieur, c’est votre fournisseur de boisson. La first bank a été braquée il y a deux minutes

OLIVER : Je regrette. Les affaires.

Oliver s’en va rejoindre Diggle.

DIGGLE : S’ils s’en tiennent à leurs méthodes, ils vont s’enfuirent par le sous-sol. La First Bank est situé juste au-dessus de l’ancien réseau d’égout. L’entrée se trouve ici.

Moira les rejoints.

MOIRA : Oliver ? Où est ce que tu vas ?

OLIVER : J’ai un petit imprévu. Je suis vraiment désolé.

STARLIGN CITY FRIST BANK.

La police arrive sur les lieux.

HILTON : Go, go, go.

Pendant ce temps les malfrats s’enfuis.

L’UN DES BRAQUEURS : C’est bon. Allez !

HILTON : Police de Starling ! Plus un geste !

Des coups de feu sont échangés entre les braqueurs et la police.

LE PERE : ça suffit ! Ça ne va pas non ! On se tire ! Magne-toi !

Arrow arrive sur le lieu de la fusillade. Il tire une flèche sur le sac contentant les billets volés, le filin entour le sac. Il en tire une deuxième qui touche l’arme d’un des braqueurs. Le justicier court pour se positionner, plus près des braqueurs.

L’UN DES BRAQUEURS : Ne restez pas là !

Arrow envoie une nouvelle flèche sur un deuxième sac. Les deux sacs sont attachés au sol, afin que les malfrats ne puissent pas les reprendre.

L’UN DES BRAQUEURS : Et notre fric !

LE PERE : Laisse tomber. On y va aller !

HILTON : On les suit ! Aller vite !

Une autre équipe arrive sur le lieu du braquage.

L’UN DES POLICIER : C’est l’archer !

Arrow tire alors une flèche sur le compteur électrique, qui explose. La lumière s’éteint. Le justicier observe les policiers qui poursuivent les braqueurs.

UN DES BRAQUEURS : Aller !

STARLING CITY LA NUIT PRET D’UN PONT.

KYLE : Mais c’était qui ce mec ?

LE PERE : Un justicier du coin. D’habitude il s’en prend aux riches.

KYLE : Il se diversifie apparemment.

LA MERE : Tout va de travers pour nous en ce moment. Ce type à capuche. Kyle qui tire sur un flic.

KYLE : C’est toi qui m’a dit que s’en était un !

LA MERE : Pour que tu les désarmes, pas pour que tu le descendes.

LE PERE : Je crois que ta mère a raison. C’est peut-être le signe qu’il faut qu’on se calme. Qu’on prenne notre retraite au Mexique.

KYLE : Quoi ?

LE PLUS JEUNE FRERE : Mais on n’a pas assez ! On a toujours dit qu’on s’arrêtait que quand on sera à l’abri du besoin.

KYLE : Il a raison ! Faut en braquer une autre.

LA MERE : On a quoi tenir avec ce qu’on a.

LE PÈRE : On va s’en sortir.

KYLE : Je n’ai pas passé cinq ans à risquer de me faire tuer, ou de finir en cabane pour seulement m’en sortir ! Non ! A l’abri du besoin ! C’était ça notre accord !

LE PÈRE : Entendu. On braque une autre banque. Une dernière et on raccroche.

QUEEN CONSOLIDATED

FELICITY : Je devrais ajouter charger de recherche internet d’Oliver Queen à mon intitulé de poste. Ce serait une joie, évidemment.

OLIVER : Il s’appelle Derek Reston, on était proche avant que... je parte et je veux qu’on reprendre contact.

FELICITY : Et vous ne deviez pas avoir facebook sur cette île.

DIGGLE : Effectivement, il n’avait même MySpace. C’était le moyen âge.

FLELICITY : Il n’y a pas de grand-chose de récent ici non plus ! Pas d’activé bancaire. Pas de facture d’eau, ni d’électricité. Vous avez dû vous rencontrez à l’usine.

OLIVER : Quoi ? Attendez ? A quelle usine ?

FELICITY : Heu... ben la scierie Queen. Derek Reston, y a travaillé 15 ans. Jusqu'à ce qu’elle ferme en 2007.

OLIVER : Derek Reston travaillait pour mon père ? 

FELICITY : Vous ne devez pas être si proche que ça. Je vois que Derek était contremaitre Jusqu’à ce que votre père ne délocalise la production en chine. Environ 1500 employés ont été remerciés. Apparemment le service financier a trouvé une faille dans les accords syndicaux. Ils n’ont pas eu à payer les indemnités de licenciement, ni la retraite de leurs employés. Ils ont tous perdus leur maison, y compris votre ami.

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Dans la grotte

Oliver est avec l’hallucination de son paternel.

OLIVER : Tu es mort.

ROBERT : Je t’ai demandé, je t’ai même supplié de survivre. Mais si tu ne penses pas en être capable. Il reste une dernière balle. Mais Oliver... Ta mort enlèvera tous sens à la mienne.

OLIVER : Je n’ai rien à manger. De toute façon je vais mourir. Et je veux que ce soit rapide. Je veux que ce soit rapide comme cela l’a été pour toi.

ROBERT : Tu peux t’en sortir.

OLIVER : Je n’ai aucune chance. Je ne suis pas aussi fort que tu le penses. Je suis désolé. (Lui répond-t-il en déposant l’arme sur sa tempe)

RETOUR AU PRÉSENT.

QUEEN CONSOLIDATED

Oliver et Diggle sortent du bureau de Felicity.

OLIVER : Les Reston sont de retour après cinq ans d’absence. Les ouvriers allaient dans un bar après le travail. J’y vais, avec un peu de chance Derek Reston y sera pour s’y souvenir du bon vieux temps.

DIGGLE : Et si par miracle il est là-bas ?

OLIVER : Je vais lui donner une chance de faire le bon choix.

DIGGLE : Il a déjà eu une chance de faire le bon choix, en ne devenant pas un criminel.

OLIVER : Ce qui se passe, se passe à cause de mon père. Ça se passe à cause de ma famille.

DIGGLE : Tu ne te poses pas les bonnes questions. Ce n’est pas de ta faute. Les victimes ce ne sont pas les Reston.

OLIVER : Ma famille a volé les biens de cette ville. Ils ont fait du mal à ces habitants et je suis prêt à tout faire pour redresser leurs tords. Dans le cas de Derek Reston, ça veut dire lui donner une chance de faire le bon choix.

CNRI

Tommy et Laurel sont assis devant un bureau sur lequel jonchent de nombreux papiers. Laurel baille.

TOMMY : Hé ! Ce n’est pas le moment de mollir. Ils nous restent à peu près dix milles décisions à prendre. Les gâteaux. Chocolat ou Moka ?

LAUREL : Hum...Carotte.

TOMMY : Tu es sûr de ça ? Parce que bugs bunny n’a pas encore confirmé.

LAUREL : Tommy ! Pourquoi tu me sors le grand jeu ? L’invitation à Coast City, le gala de charité. Pourquoi maintenant ?

TOMMY : J’étais dans un bar la semaine dernière, je parlais à une fille et les choses étaient bien engagées. Tu vois ce que je veux dire.

LAUREL : Non ! Tu es trop subtil.

TOMMY : D’accord. Enfin bref. On a fini par se retrouver chez elle, et je me suis rendue compte tout à coup, que j’y étais déjà venue. J’étais déjà venu avec elle. Il y a deux ans, mais j’avais oublié, alors je suis partis. Tu sais, je me souviens de certains matins quand on était ensemble. Je te préparais des omelettes. Souvent, j’étais dans ta cuisine et je me disais que ce qu’ils nous arrivaient, n’était pas une histoire sans lendemain. C’était bien plus que ça. C’était, c’était différent. Je n’ai jamais ressenti ça avec personne d’autre. Et ça me manque. Donc moka c’est non ! Carotte ?

LAUREL : Carotte.

TOMMY : Ok.

DANS UN BAR DE LA VILLE

Derek Reston jouent aux cartes avec des amis.

DEREK : Aller les gars. A une prochaine fois. Merci d’avoir joué.

Les trois amis de Derek s’en vont et Oliver s’assoit en face de lui.

OLIVER : ça vous ennuie si je m’assois ?

DEREK : Oliver Queen. Le fils prodigue fait son grand retour. Je ne vous croyais pas du genre à trainer dans les Glades.

OLIVER : Quand on venait visiter l’usine, mon père m’amenait ici. Il y avait un pac-man dans la salle du fond. J’ai eu le meilleur score pendant deux mois.

DEREK : La dernière fois que j’ai vu votre père. Il faisait un beau discours. Il disait à mon équipe de ne pas croire toutes les rumeurs. Qu’il n’y avait aucun risque que Queen Consolidated délocalise sa production en chine. Une semaine après l’usine fermait. Ils ne m’ont même pas payé les deux semaines de vacances qu’il me devait.

OLIVER : Mon père a commis des erreurs. Il a fait souffrir des gens. Et quand les gens souffrent, quand ils ont des ennuis, ils ont tendance à prendre de mauvaises décisions. N’est-ce pas Derek ? Mais rien ne vous oblige à laisser ces choix conditionner votre avenir et celui de votre famille. Parce qu’il y a toujours un moment où on peut changer le cours de sa vie. Si mon père avait eu une autre chance. Je crois qu’il aurait agi différemment. Mais il n’a pas eu le temps.

DEREK : Comme c’est poétique. Ce n’est pas ça qui va me rendre ma maison. Pas vrai ?

OLIVER : Non, en effet. Tout ce que j’ai à vous offrir, ce sont des excuses et un boulot. Queen Consolidated a des filiales dans tout le pays. Je passe un seul coup de fils et vous commencez la semaine prochaine. Qu’est-ce que vous en dite ?

DEREK : J’en dis qu’il me reste encore un peu de fierté. J’ai pas besoin que le fils du mec qui m’a fichu ma vie en l’air me fasse la charité.

OLIVER : Je comprends. Si vous changer d’avis (lui répond-t-il en déposant la carte de Queen Consolidated sur la table) Vous et moi avons une chose en commun. On paye tous les deux pour des décisions que mon père a prises. Ce qu’il a fait à l’époque, ça le regarde. Mais ce qu’on fait maintenant, ne dépend que de nous.

Avant de quitter le bar, Oliver introduit un mouchard dans la veste de Derek.

BASE D’ARROW

Oliver écoute ce qui se passe chez les Reston grâce au mouchard qu’il a placé dans le blouson de Derek.

DEREK : J’ai réfléchie chérie. Il est peut-être temps de raccrocher. De prendre notre retraite.

SA FEMME : Mais Kyle veut qu’on fasse un dernier coup. Sinon il le fera tout seul.

DEREK : Ben s’il y tient il a le droit. Mais Teddy toi et moi on arrête tout.

SA FEMME : Moi aussi je veux arrêter. Mais je ne partirais pas sans Kyle.

Diggle rejoint Oliver. A l’arrivée de Diggle Oliver coupe le son du mouchard.

DIGGLE : Qu’est-ce que c’est ?

OLIVER : J’ai mis un mouchard dans le blouson de Derek Reston.

DIGGLE : Je croyais que tu allais lui laisser une seconde chance.

OLIVER : C’est ce en quoi je crois. Je crois aussi qu’il faut parer à toutes éventualités.

Reprise de l’écoute.

SA FEMME : Derek on ne peut pas abandonner notre fils. Après tout ce temps il a besoin de partir sur une victoire. A l’abri du besoin. Sinon à quoi ça aura servi ?

DREDK : D’accord, un dernier coup.

DIGGLE : Et maintenant ? On les empêche de nuire.

Starling la nuit Gala de charité.

La musique de Maroon 5 « One More Night » se fait entendre Diggle et Oliver sont devant l’entrée.

OLIVER : Tu peux écouter les Reston avec ça. Dès qu’on sait ce qu’ils vont faire, on se lance.

DIGGLE : Et tu nous refais un de tes départs éclairs ?

OLIVER : Je commence à avoir de l’entrainement.

Dans la grande salle du gala, il y a du monde.

TOMMY : Vous ne laissez personne sans verre à la main.

Laurel s’approche de Tommy.

TOMMY : Heu...Waouh... Laurel tu, tu es ravissante.

LAUREL : Ravissante ? Je suis contente de voir que tu as appris d’autres mots que chaude et méga chaude.

TOMMY : Tu pourrais simplement me dire merci, tu sais.

LAUREL : Merci...Tu sais.

TOMMY : Il n’y a pas de quoi.

JOANNA : Tommy tout ceci est merveilleux. Nous sommes très touchés.

Tommy a aperçue Théa au loin

TOMMY : Heu. Je vous laisse une petite seconde.

JOANNA : Alors ?

LAUREL : Tu avais raison.

TOMMY : Merci d’être venue.

THEA : Merci à toi de m’avoir invité.

TOMMY : Je comptais bien sur la présence de toute la famille Queen. Ainsi que sur celle de leur carnet de chèque.

THEA : Je vois ! Alors, comment se passe la soirée jusque-là ?

TOMMY : Elle se passe à merveille et c’est à toi que je le dois. Toi Thea Queen la voix inattendue de la raison.

THEA : A vraiment ! Qu’est-ce que j’ai fait ?

TOMMY : Tu m’as donné un bon conseil. J’ai pensé à la fille à laquelle je m’intéresse et...

THEA : Et tu as fait tout ça pour Laurel hum...

TOMMY : Et ça marche. Merci encore Speedy.

THEA : De rien, ça me fait plaisir.

Thea semble déçue. Elle se retourne et prend un verre de champagne qu’elle avale d’une traite.

LAUREL : Tommy ! Tu te souviens de Carter Bowen ? Il était au lycée avec nous.

TOMMY : Oui, bien sûr que je me souviens. Je suis très contente que tu sois venu.

CARTER : Je suis ravi de te voir. Tu es superbe. Je suis très impressionné par le travail que tu as accompli avec ton centre d’aide juridique. En s’adressant à Laurel.

LAUREL : Merci Carter.

CARTER : Je t’en prie. Tu sais j’ai pensé à en ouvrir un gratuit dans les Glades.

TOMMY : Vraiment ! 

CARTER : On pourrait peut-être prendre un verre, je te parlerais de mon idée.

LAUREL : Avec grand plaisir !

Laurel part avec Carter laissant Tommy seul.

Moira est au bar et discute avec une jeune femme blonde.

MOIRA : C’est un espace de création extraordinaire, vraiment.

Oliver arrive derrière sa mère.

OLIVER : Bonsoir.

Moira se retourne étonnée de le voir.

MOIRA : Excusez-moi.

LA JEUNE FEMME : Je vous en prie.

MOIRA : ça alors ! Je suis surprise de voir ce soir, vu à quel point tu es débordé ce jour ci.

OLIVER : Maman. Je n’aurais pas dû partir de cette façon hier. Je t’ai fait une promesse, que je n’ai pas pu tenir.

MOIRA : Mais ça ce n’est pas nouveau Oliver. Je sais que nous avons eu parfois quelques différents. Mais en dépit de toutes mes nombreuses erreurs. J’ai toujours pensé que nous avions une relation privilégié. Alors imagine Oliver. Imagine une seconde après qu’on m’a accordée le miracle de retrouver l’enfant que j’avais perdus. Je découvre que celui-ci prête sommes toute fort peu d’intérêt au fait de passer du temps avec moi. Ou au fait de me dire la vérité.

Diggle se pointe pour prévenir Oliver.

DIGGLE : Madame. Redwood United Bank. Ils vont tenter le coup cette nuit.

Diggle quitte ensuite Moira et Oliver.

OLIVER : Il faut que j’y aille. Je suis vraiment...

MOIRA : Ne te fatigue pas à me faire des excuses. Très sincèrement Oliver il y a des jours où je me demande pourquoi tu t’es donné la peine de revenir.

Oliver s’en va du gala.

REDWOOD UNITED BANK

Un gardien fait sa ronde. Derrière lui un homme est armé. Le gardien se retourne. Mais un autre braqueur lui saute sur le dos et lui met un mouchoir de chloroforme pour l’endormir. Les deux braqueurs font sauter la porte blindée d’un coffre-fort. Les deux hommes commencent à mettre l’argent dans les sacs.

KYLE : 3 minutes.

DEREK : Ok !

Soudain un bruit se fait entendre.

KYLE : Tu as entendus ? Je vais aller voir.

DEREK : D’accord.

Kyle remet son casque sur son visage et avance avec sa mitraillette.

ARROW : Kyle Reston ! Lui dit-il en lançant une flèche sur le jeune braqueur.

KYLE (Qui c’est muni d’un bouclier en plastique) : Et ouais, je me suis équipé.

Le jeune homme se met ensuite à tirer des rafales avec sa mitraillette sur Arrow. Ce dernier s’échappe. Derek qui est encore dans le coffre entend son fils tiré des coups de feu.

Arrow arrive à surprendre Kyle et le touche à la poitrine, mais celui-ci enlève la flèche et fonce sur le justicier qui lui envoie une autre flèche que Kyle esquive. Le jeune braqueur combat Arrow. Le justicier est alors poussé contre plusieurs vitres et s’écrase sur le mur. Dans la rue la mère et le petit frère entendent des bruits de verre cassé.

LA MERE : Ne t’en fait pas. Ça va aller !

DANS LA BANQUE

Le gardien se réveille et découvre le combat d’Arrow et de Kyle. Il se lève et prend un fusil qu’il pointe sur Arrow.

ARROW : Non arrêté je m’occupe d’eux.

Derek arrive, le justicier le désarme avec une flèche.

LE GARDIEN : Lâchez votre arme !

Entre temps Kyle a repris ses esprits, il se relève et pointe sa mitraillette sur le gardien. Ce dernier est prêt à tirer. Derek pour protéger son fils se projette devant la ligne de mire du gardien qui tire et touche Derek en pleine poitrine. Le justicier assomme alors Kyle.

ARROW : Il fait une hémorragie. Appeler une ambulance. Faite ce que je vous dis !

Le gardien sort de la banque. Oliver quant à lui est resté à côté de Derek. Oliver lui enlève son casque de son visage.

DEREK : Aahhhh... Kyle, Kyle.

ARROW : Il n’a rien. Je l’ai seulement assommé.

DEREK : Ce n’est pas... Ce n’est pas sa faute. C’est moi qui l’ai entrainé là-dedans. Aahhhhhh.

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Dans la grotte Oliver qui hallucine toujours en voyant son père, se prépare à tirer sur sa tempe. Mais l’arme ne fonctionne pas. Oliver jette le revolver sur le sol.

OLIVER : Évidemment qu’il ne marche pas. Ce n’est qu’une hallucination. Un espèce de rêve.

ROBERT : Si ce n’est pas le cas. Tu m’as trahie Oliver. Je suis mort pour que tu puisses vivre et tu refuses le cadeau que je t’ai fait. Tu as rendu ce sacrifice absurde.

OLIVER : Je ne suis pas toi. Je ne suis pas... Je ne suis pas quelqu’un de fort comme toi. Je ne l’ai jamais été.

ROBERT : Je te l’ai dit. Je ne suis pas l’homme que tu crois. Tout ce que j’ai fait. Tous mes projets.

OLIVER : Papa ! Papa ! Qu’est e que ça veut dire ? S’il te plait. Je ne comprends rien.

ROBERT : Je te l’ai pourtant dit. Je t’ai même supplié. Répare mes tords ! C’est ta responsabilité maintenant.

OLIVER : Comment ? Comment je vais faire ? Je ne sais même comment quitter cette île.

ROBERT: Je suis désolé de ne pas d’avoir dit toute la vérité sur moi. Mais j’espère, j’espère que tu sais que je t’aime.

RETOUR AU PRÉSENT

Dans la banque Derek meurt et la police arrive, Arrow s’en va.

Un bataillon de policier dirigé par Hilton envahi la banque il trouve alors le corps sans vie de Derek et celui de son fils.

GALA DE CHARITE.

Beaucoup de monde danse. Sous le regarde de Tommy, Laurel dans avec Carter Bowen.

TOMMY (parlant tout seul) : Savais-tu qu’en tant que médecin, j’étais capable de me diagnostiquer moi-même comme étant un abruti prétentieux.

Thé arrive vers lui, elle semble être ivre.

THEA : Que dirais-tu de me faire danser beau gosse ?

TOMMY : Théa je croyais qu’on était d’accord. Tu étais censé me prévenir avant de faire quelque chose d’idiot.

THEA : Tu sais quoi tu n’es pas marrant. Je vais te montrer comment on fait pour s’amuser.

TOMMY : Wow, wow. Qu’est ce qui te prend ? Dit-il en repoussant Thea qui à essayé de l’embrasser.

THEA : Tu as dit que j’étais merveilleuse.

TOMMY : Oui, je te trouve merveilleuse. Mais il se trouve aussi que tu es comme ma sœur. Ma petite sœur. Un bébé.

THEA : Ben je ne suis plus un bébé. Je suis une grande fille. Merci d’avoir remarqué... Et tu ne plais même pas à Laurel. Elle ne te comprend pas. Moi si. Pourquoi tu ne le vois pas ?

TOMMY : Théa, Thea, Je n’aurais pas dû venir te parler à toi de mes histoires de cœurs. C’était déplacé. J’ai l’impression que ça t’a embrouillé l’esprit.

THEA : Non, non, t’inquiète pas, ton rejet est on peut plus claire. Et même si il ne l’était pas. Entre ma mère et Oliver et à peu près tous les gens que j’ai connus dans ma vie. J’ai l’habitude de recevoir ce genre de message. Alors !

En se retournant Thea percute un serveur qui fait tombé le plateau qu’il transportait.

TOMMY : Oh, là, là... Allez vient, on s’en va. Tout va bien.

Laurel sort du Gala et rejoint Tommy et Théa.

LAUREL : Tommy ?

TOMMY : Oui !

LAUREL : Théa va bien ?

TOMMY : Oui ! Un cake au crabe, pas très frais.

LAUREL : Ce n’est pas plutôt quelque chose qu’elle a bu ?

TOMMY : Ne t’en fait pas ! Je suis là ! Tu peux retourner à l’intérieur. Va t’amuser ! Tu faisais un très joli pas de danse avec le bon docteur.

LAUREL : Tommy je vais te révéler un petit secret à propos du docteur Carter Bowen. Ce type est un crétin fini. Et si j’ai dansé avec lui, c’est uniquement parce qu’il a signé un énorme chèque au bureau d’aide juridique. Pourquoi as-tu été imaginé autre chose ?

TOMMY : Quant-il s’agit de toi et moi, j’ai tendance à perdre le nord.

THEA : Tu peux appeler un taxi ?

TOMMY : C’est absolument hors de question ! Je te ramène chez toi. Monte !

THEA : Je suis désolé d’avoir fait un tel esclandre.

LAUREL : Tache d’aller mieux, d’accord... Hé Tommy ! Je te dois une danse.

TOMMY : Ah oui ?

LAUREL : Tu l’as mérité. Bonne nuit.

TOMMY : Bonne nuit.

Tommy entre dans sa voiture.

THEA : Je t’en prie ne me déteste pas.

TOMMY : Jamais. Jamais.

Puis il démarre et raccompagne Thea chez elle.

BASE D’ARROW

Oliver est sur une chaise et Diggle arrive.

DIGGLE : Ce qui s’est passé n’est pas ta faute.

OLIVER : J’ai pas dit que ça l’était.

DIGGLE : Oliver. Je t’assure que tu n’y es pour rien. Tu as donné sa chance à Reston, c’est plus qu’il en méritait.

OLIVER : ça je n’en suis pas si sûre.

DIGGLE : Je n’ai qu’un truc à te dire. C’est en arrêtant ces types sur la liste, que tu honores ton père. Et bien s’il t’avait vu cette semaine. S’il t’avais vu t’occuper des gens à qui il a fait du mal. La façon dont tu leur as porté secours. Il aurait été sacrément honoré. Alors il n’y a peut-être pas qu’une seule façon de sauver cette ville.

OLIVER : Peut-être pas.

DIGGLE : Au fait Stan Washington, s’est réveillé. Il va s’en tirer.

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Oliver est dans la grotte, il se réveille en sursaut en étant essoufflé et regarde autour de lui, puis il regarde le feu. Il reprend le carnet de son père et en déchire une page. Il approche lentement la feuille du carnet au-dessus de la flamme, lors qu’apparait des écrits. Il ouvre le carnet en deux et le met au-dessus du feu. Lorsqu’il le retourne il aperçoit la liste.

OLIVER : C’est ma responsabilité. Je te le promets papa. Je te le promets.

RETOUR AU PRÉSENT

MANOIR DES QUEEN.

Moira est dans le salon, où elle se sert un verre d’alcool. Oliver arrive et s’appuie sur un pilier à l’entrée du salon.

OLIVER : Encore debout ?

MOIRA : Je n’ai absolument aucune envie de me coucher. Je n’aime pas dormir toute seule... Je suis désolée pour ce que t’ai dit tout à l’heure.

OLIVER : Non. Tu as simplement été franche.

MOIRA : Non, pas entièrement. La vérité c’est que depuis que Walter est parti. Je me sens seule. Avant tous les deux, nous nous parlions, je savais ce que tu pensais. Mais maintenant, même quand tu es à la maison, tu es ailleurs. Je crois que mon fils me manque c’est tout.

OLIVER : Tu me manque toi aussi. Et j’aimerais que... Est-ce que tu as faim ?


BIG BILLY BRUGER.

Oliver et Moira sont attablés. La serveuse apporte leurs repas.

OLIVER : Merci.

MOIRA : Bon appétit.

Moira attaque son hamburger avec une fourchette et un couteau.

OLIVER : Maman. Ce n’est pas grave de se salir les mains une fois de temps en temps. Fait moi plaisir s’il te plait.

Moira regarde Oliver en souriant et pose ses couverts. Elle empoigne son hamburger avec ses mains et croque dedans.

MOIRA: D’accord. Hummmm

OLIVER: Hummm... Oui.

MOIRA : ça c’est un bon hamburger. Merci pour tout ça.

OLIVER : Je t’en prie.

MOIRA : Moi je te pari que Carter Bowen ne sais pas où on sert les meilleurs hamburgers de Starling City.

OLIVER : Alors j’ai une qualité qu’il n’a pas.

MOIRA : Non. Tu as toutes les qualités du monde Oliver.

FIN

 

Kikavu ?

Au total, 222 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

christele 
23.05.2018 vers 01h

LinoaSmile 
16.05.2018 vers 12h

LaFriteFan 
29.03.2018 vers 22h

remi1903 
08.03.2018 vers 17h

sanct08 
21.02.2018 vers 09h

Dadou65 
07.02.2018 vers 20h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

natas  (17.02.2018 à 06:19)

Tommy est très touchant avec Théa et Laurel !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Bannière de l'animation HypnoTrésor

Ne manque pas...

Participe au jeu HypnoChance pour gagner un coffret DVD ou Blu-Ray de la saison 1 de Victoria sorti chez Koba Films & L'Atelier d'Images !
Tirage au sort le 28/06 | Participation gratuite

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

623 : Perpétuité (inédit)
Jeudi 17 mai à 21:00
1.31m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

622 : Les liens qui unissent (inédit)
Jeudi 10 mai à 21:00
1.00m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

621 : Dossier N°. 11-19-41-73 (inédit)
Jeudi 3 mai à 21:00
1.10m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

620 : Changer de camp (inédit)
Jeudi 26 avril à 21:00
0.87m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

619 : Le Dragon (inédit)
Jeudi 19 avril à 21:00
0.96m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

618 : Fondamentaux (inédit)
Jeudi 12 avril à 21:00
1.06m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Une date pour la 7ème saison d'Arrow

Une date pour la 7ème saison d'Arrow
Arrow, reviendra sur les écrans américains de la chaîne CW pour sa septième saison, le lundi 15...

Nouveau sondage !

Nouveau sondage !
Le précédent sondage vous interrogeait sur ce que vous pensiez du renouvellement de la série Arrow...

Super Heroes Con IV: envie de parler à Manu?

Super Heroes Con IV: envie de parler à Manu?
Hello les fans! C'est souvent un rêve qu'on considère impossible, mais il peut devenir réalité:...

Convention Arrow en France la semaine prochaine!

Convention Arrow en France la semaine prochaine!
Le week-end des 23 et 24 juin se déroulera à Paris la Super Heroes Con IV, la quatrième édition...

Arrow nominé

Arrow nominé
Les Teen Choice Awards 2018 de la FOX sont lancés! La première phase de votes se déroulera jusqu'au...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

Emilie1905, Hier à 20:30

Le quartier LOT a ouvert il y a 6 mois ! Nouveau sondage, nouvelle PDM, nouveau duel et une animation a été concoctée pour l'occasion

Flora12, Hier à 20:56

Une bannière pour le quartier Revenge est en vote. Nous comptons sur vos votes

Locksley, Aujourd'hui à 10:50

Nous avons eu la chance d'interviewer kimiM, HypnoVIP et admin du quartier Dark Angel ! C'est à découvrir à l'accueil, bonne lecture !

cobrate, Aujourd'hui à 12:05

Le quartier Le Monde de Joan cherche ses fans^^ venez faire vivre la série

juju93, Aujourd'hui à 17:04

Encore 1 jour pour voter au 1er quart de finale du tournoi de chant sur The L Word ! Jane Lynch ou Cybill Shepherd, qui va l'emporter ?

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site