VOTE | 613 fans

#112 : Vertigo

Pendant que Thea fait face à sa peine de prison - Thea a des soucis avec la police après s'être fait arrêter en possession d'une drogue appelée "Vertigo". Oliver pense que la seule solution pour éviter la prison à sa petite soeur est de retrouver le dealer, un homme surnommé "The Count".  Il se tourne alors vers McKenna Hall, une ancienne amourette et actuellement policière pour faire appel à son aide. Pendant ce temps, Laurel intervient pour prendre la défense de Thea et Felicitydonne à Oliver quelques nouvelles inquiétantes au sujet de Moira.

Méchant de l'épisode : Le Comte

Popularité


4 - 8 votes

Titre VO
Vertigo

Titre VF
Vertigo

Première diffusion
30.01.2013

Première diffusion en France
06.11.2014

Vidéos

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Promo

Promo

  

Promo (VOSTFR)

Promo (VOSTFR)

  

Diffusions

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Jeudi 06.11.2014 à 00:10
1.43m / 30.8% (Part)

Logo de la chaîne The CW

Etats-Unis (inédit)
Mercredi 30.01.2013 à 20:00
2.97m / 0.9% (18-49)

Plus de détails

Réalisation : Wendey Stanzler

Scénario : Wendy Mericle & Ben Sokolowski

 

Guest Stars :

Byron Mann ... Yao Fei
Eileen Pedde ... Le Docteur
Emily Bett Rickards ... Felicity Smoak
Eugene Lipinski ... Alexi Leonov
Janina Gavankar ... McKenna Hall
Jeffrey C. Robinson ... Deadstroke
Sebastian Dunn ... Edward Fyers
Serge Houde ... Juge Brackett
Seth Gabel ... Le Comte

Dans une ruelle, un homme se fait courser par Arrow. Il n'arrive pas à le distancer. Se faisant rattraper, il avoue que le vendeur de drogue, le vertigo, se prénomme le Comte. De retour dans la planque, il en fait part à Diggle, il le fait pour Thea.

Chez les Queen, Oliver conseille à sa soeur de rester sobre au tribunal.

Devant les tribunaux, c'est au tour de Thea d'être harcelée par la presse. L'avocat de Thea dit au juge qu'elle n'avait pas encore dix-huit ans, qu'elle reste donc toujours mineur au moment de l'accident. Le juge leur explique que pour donner l'exemple, surtout au sujet des dealers de drogue, le projet d'entente est rejeté.

De retour chez eux, Moira est en colère. Thea reste insolente vis-à-vis de sa mère. Oliver réconforte sa mère, sa soeur ne doit pas aller en prison à la place des dealers.

[Flashback] Oliver est toujours en cage. Il demande à Yao Fei pourquoi il l'a trahi. Le protéger et ensuite le livrer à Fyers ? Il lui demande de l'aider à sortir d'ici, Yao refuse.

Au commissariat de police, Oliver rencontre Mckenna Hall, une vieille connaissance. Il lui demande si elle peut lui donner des informations relatives aux dealers du vertigo. Il lui donne le nom du Comte. Mckenna lui demande de laisser la police enquêter.

Dans un souterrain, l'homme - qui s'est fait agresser par Arrow - rencontre le Comte. Il lui dit qu'il a rencontré Arrow. Pour en faire un exemple, il lui injecte du vertigo, l'homme finit par se suicider afin d'ébréger ses souffrances.

Chez Laurel, de bon matin elle s'informe sur le procès de Thea par internet. Tommy lui dit qu'elle travaille trop. Oliver leur rend visite, il lui demande de parler à son père, elle accepte mais ne promet rien. Plus tard dans la soirée, demandant à son père, il refuse catégoriquement. Laurel lui dit que Thea est similaire à Sarah, elle a besoin d'aide. Il acquiesce.

Oliver et Diggle se rendent au garage des russes qui est le quartier général des Bratva (mafia russe). Oliver explique à Leonov qu'il voudrait investir dans la drogue  et dans le vertigo. Et étant donné qu'il n'y a qu'un vendeur - le Comte - il serait intéressant qu'ils arrangent un rendez-vous pour lui. Oliver leur donne le dossier de la police sur le Comte. Leonov accepte à condition qu'il tue un homme qu'il a sauvé auparavant. Devant Diggle, Oliver lui coupe la respiration, il est présumé mort.

[Flashback] Yao Fei emmène Oliver sur la place du camp. Là, Deathstroke prend un malin plaisir à tuer des prisonniers devant tous les hommes de Fyers. Oliver est jeté dans l'arène. Il va devoir se battre contre Yao.

Sortant du garage russe, Diggle lui en veut à propos de l'assassinat, il lui ouvre le coffre. Oliver réveille l'homme censé être mort. Ils lui donneront une nouvelle identité. Le plan : Oliver se rendra au rendez-vous, les laissera partir mais les suivra en cachette.

Au téléphone, Leonov donne rendez-vous au Comte qui accepte.

Chez les Queen, Laurel explique à Thea que son père a réussi à avoir une meilleur sentence pour elle. Elle devra faire 500 heures de travaux généraux et deux ans de probation. Il faut que quelqu'un assume ses nouvelles responsabilités et ce sera Laurel. Thea refuse, ne voulant pas être le 'pantin' de l'ex de son frère. Oliver lui explique qu'elle va aller en prison, or ce que ne veut pas Thea c'est ruiner la vie de sa mère. C'est alors qu'il lui dit la vérité au sujet de leur père. C'était lui le fautif. Elle part et Moira est contrariée.

Diggle arrive et lui dit que le rendez-vous est prêt.

Le soir, le Comte arrive, Oliver est fouillé. Il prétend qu' il va ouvrir une discothèque et qu'il aimerait offrir un extra à ses futurs clients. Quant au Comte, il voudrait exporter sa drogue. Tout le monde y gagne semblerait-il. Soudain, la police débarque, des coups de feux s'en suivent. Traquant le Comte jusqu'à la cage d'escaliers, Oliver se fait planter une aiguille dans l'abdomen, Diggle le suit et le retrouve dans un sale état.

A la planque Diggle se débrouille pour faire le remède aux herbes de l'île. Sur la table, Oliver ne se contrôle plus, Diggle le maintient de force afin qu'il boive le breuvage.

[Flashback] Yao Fei le met bien bas puis il étrangle Oliver, qui tombe raide mort à terre.

Oliver se réveille au matin, la main menottée. Diggle le libère constatant qu'il est 'normal'. Il lui dit qu'il faudrait analyser le contenu de la seringue.

Chez les Queen, Lance et Mckenna veulent parler à Oliver. Lance lui dit qu'une vente avait eu lieu hier soir et que Mckenna l'y a vu. Oliver explique alors qu'il voulait simplement se rapprocher du Comte pour faire un portrait robot. Oliver reçoit un premier avertissement. Il ne manque pas de remercier Lance pour Thea et il n'en veut pas à Mckenna. Ils partent. Moira est furieuse contre son fils, non pas pour cette histoire mais pour le fait qu'il ait révélé la vérité à Thea. Cette dernière arrive, elle se sent coupable. Mère et fille prennent un temps pour elles tandis qu'Oliver retourne à ses affaires. Montant les escaliers en direction de sa chambre, il a un vertige et tombe, Diggle le ramasse.

[Flashback] Oliver est inconscient. Yao Fei se charge de jeter le corps du haut d'une falaise, dans la rivière.

Au Queen Consolidated, Oliver, accompagné de Diggle, demande à Felicity d'analyser le contenu de la seringue. Comme excuse ? De simples restes de boisson énergisante dont il voudrait avoir la recette et savoir où il pourrait s'en procurer en ville. C'est étrange que le contenu soit dans une seringue...

Dans la soirée, à la planque, Diggle reçoit les infos de Felicity. Il semblerait que la drogue provienne d'une eau traînant dans les environs des Glades, dans une vielle prison pour mineurs abandonnée. Oliver y va malgré le fait qu'il soit encore sous l'effet du vertigo. Diggle lui fait comprendre qu'il ne doit vraiment pas y aller, pour cela il tient une balle de tennis et lui demande de tirer dessus. Oliver n'y arrive finalement pas mais lui dit qu'il n'a pas besoin de son arc.

Dans la prison abandonnée, Arrow se fait agresser par plusieurs complices du Comte. La police arrive. Arrow entre dans le laboratoire face au Comte. Il se bat contre lui, Arrow réussit à lui injecter une grosse dose de vertigo. La police le prend en flag. Arrow s'enfuit.

Le lendemain, dans les bureaux de Laurel, Thea s'y rend et s'excuse auprès de Laurel pour son comportement. Oliver reçoit l'appel de Mckenna, elle l'informe que le Comte est enfermé.

A l'hopital psychiatrique, le Comte est enragé, voulant en finir avec sa vie. Les médecins ont peur du pronostic.

Dans la soirée, Oliver ferme les yeux et repense. 

[Flashback] Il est dans la rivière, le courant l'a emporté. Il se réveille et se traîne jusque sur le sable. Il fouille ses poches, trouvant la carte où il découvre que Yao Fei y a tracé son itinéraire jusqu'à Shengeun qui veut dire survivre. Donc l'endroit où il doit se rendre. Oliver se relève et commence à marcher.

Oliver se trouve dans un restaurant où Felicity lui a donné rendez-vous. Elle lui demande si elle peut lui faire confiance et lui passe le carnet que Walter lui avait confié. Felicity voit dans ses yeux qu'il reconnaît la liste bien qu'il nie. Elle lui dit que Walter cherchait l'implication de Moira dans une affaire douteuse. Et que ce serait pour cela qu'il aurait disparu.

                                                                   112 ARROW

                                                                     SCRIPT VF

                                                                   « VERTIGO »

 

STARLING CITY LA NUIT.

Un homme court, il est poursuivi par Arrow. Il traverse une ruelle, ouvre une porte donnant sur un quai. Il monte ensuite sur une poutre métallique.

L’HOMME POURSUIVIE : Non, non, non !

Ce dernier est rattrapé par Arrow qui lui plante une flèche dans la manche de sa veste en cuire. L’homme est désormais suspendu. Arrow le questionne.

L’HOMME : Je vous en prie ! J’essaie de gagner ma vie comme un honnête travailleur.

ARROW : Le travail que tu fait n’a rien d’honnête. Qui te fourni le Vertigo ? Dis le moi maintenant et tu vivras !

L’HOMME : Je vous en prie ! Il va me tuer !

ARROW : Qui tu puisse redouter, redoute-moi plus encore !

L’HOMME : D’accord, d’accord ! On l’appel le Conte ! C’est tout ce que je sais ! Je vous le jure devant dieu !

Lorsque l’homme toujours suspendu rouvre les yeux Arrow a disparu.

L’HOMME : Hé ! Faites moi descendre !

 

BASE D’ARROW

Oliver descend les escaliers de son repaire lorsque Diggle arrive.

DIGGLE : Tu as trouvé ce que tu cherchais ?

OLIVER : J’ai neutralisé trois dealers de Vertigo ce soir. Le dernier a pu me donner un nom. « Le Conte »

DIGGLE : C’est encore pire que l’archer à capuche. Tu ne vas pas repartir ?

OLIVER : La soirée est loin d’être finie. Ce mystérieux Conte a de nombreuses morts sur la conscience, il y a déjà bien longtemps qu’il aurait du payer.

DIGGLE : Je crois que tu es entrain d’oublier le plus important.

OLIVER : Quoi ? Thea.

DIGGLE : Son audience va débuter dans quelques heures. Qu’est ce qui compte pour elle ? Que tu châtie un dealer ou que tu sois prêt d’elle quand elle en a le plus besoins.

 

MANOIR DES QUEEN

Thea est devant le miroir lorsqu’Oliver arrive.

OLIVER : Thea il faudrait qu’on y aille. Je sais que c’est à la mode d’arrivée en retard, mais les juges n’aiment pas ça.

THEA : Tu as d’autres tuyaux pour moi ?

OLIVER : Tu laisses ton avocat parler. Tu auras de quoi prendre des notes, mais ne joue surtout pas au morpion. Les juges n’aiment pas ça non plus. Faut t’accrocher speedy.

THEA : Je sais, je sais. Je fais tout ce que je peux pour rester positive et aller de l’avant. Mais c’est dur. Je n’aimerais que papa soit là.

OLIVER : Moi je suis là.

MOIRA : Il faut que nous partions maintenant, Thea.

Devant le tribunal des journalistes accours pour questionner Thea. Elle n’est pas rassurer et prend la main d’Oliver.

 

SALLE DU TRIBUAL

UN POLICER : Dossier 110-56. Ministère public contre Thea Dearden Queen. Possession de stupéfiant et conduit sous influence de stupéfiant.

LE JUGE BRAKETT: Il semblerait que les deux parties soit parvenue à un accord.

L’AVOCAT DE THEA : Oui, en effet votre honneur. Puisque ma cliente est mineure, le procureur consent généreusement à une mise à l’épreuve.

LE JUGE BRAKETT : Une mineure ? Il est écrit là qu’elle a 18 ans.

L’AVOCAT DE THEA : C’est exact votre honneur. Mais elle à été arrêtée deux jours avant son 18 éme anniversaire. Mademoiselle Queen n’a pas d’antécédent.

LE JUGE BRAKETT : Ce n’est pas parce que la famille de mademoiselle Queen a réussi à faire oublier ses antécédents, qu’elle n’en a pas. Si vous mettez fin aux poursuites contre la prévenue, vous éviterez à vos supérieurs de luter contre une drogue qui se répand dans notre ville comme la peste. Et tout le monde sera gagnant sauf nous, les habitants de Starling City. Mademoiselle Queen que ça vous plaise ou non vous êtes devenue le symbole de cette menace. Peut-être que s’il voit que même la famille Queen ne peut pas consommer du Vertigo impunément. Les gens réfléchiront avant d’en consommer eux même. L’accord entre les parties est rejeté. Cette affaire fera donc l’objet d’un procès.

MOIRA : ça va aller.

 

MANOIR DES QUEEN

MOIRA : Ils n’ont pas le droit. Je ne laisserais pas ce juge envoyer ma fille en prison sans réagir.

OLIVER : Quel son nos choix ?

L’AVOCAT DE THEA : On peut demander un jugement interlocutoire. Mais rejeter un accord fait parti des prérogatives d’un juge. Vous devriez peut-être vous préparer à l’idée que les choses ne vont pas évolué dans le sens que nous le souhaitions. Je regrette mademoiselle Queen. Je vais préparer l’appel.

MOIRA : Et bien. Quand je pense que c’est soi-disant le meilleur avocat pénaliste de Starling... Ma chérie, on va trouver une solution. Je te le promets, tu entends.

THEA : Comme quand, tu as promis à Walter de lui rester fidèle. Tu ne peux pas savoir ce que ça me rassure.

MOIRA : Thea ça suffit !

THEA : T’inquiète pas ! J’ai l’impression que tu vas ne plus avoir à me supporter très longtemps.

Sur ces dernières paroles Thea quitte le salon laissant Oliver et sa mère ensemble.

MOIRA : Ce n’est pas possible ! Elle ne se rend pas compte de ce qu’elle risque. Elle s’est droguée...Elle a prit le volant, elle aurait pu tuée quelqu’un ou se tuer elle-même.

OLIVER : Je sais.

MOIRA : Tout ce qui intéresse le juge c’est infliger une peine exemplaire à quelqu’un. Pourquoi faut-il que ce soit elle ?

OLIVER : Pas forcément. Ecoute, j’ai quelque chose à faire. Tu vas tenir le coup ?

MOIRA : Ce n’est pas moi qu’on risque de jeter en prison.

 

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Oliver est toujours enfermé dans sa cage, Yao Fei lui apporte un peu d’eau.

OLIVER : Tu travail pour eux maintenant. Pourquoi tu m’as fait ça ? Je croyais qu’on était ami... ou quelque chose...qui y ressemblait. Pourquoi tu t’es donné la peine de me protéger, si c’était pour me remettre entre leurs mains ! Laisse-moi partir d’ici. Je t’en pris.

YAO FEI : Je ne peux pas.

Yao Fei pose l’eau sur un barreau de la cage et s’éloigne.

OLIVER : Hé ! Ne me laisse pas ici. Je suis revenu pour toi ! Tu m’entends ! Je suis revenu pour toi !

Dans la colère Oliver fait tomber son gobelet d’eau

         ***************************GENERIQUE ARROW*************************

                                                                   RETOUR AU PRESENT

 

POSTE DE POLICE

Oliver cherche quelqu’un.

OLIVER : Bonjour, je cherche le lieutenant Hall, on m’a dit qu’il travaillait aux mœurs.

MCKENNA HALL: Oliver?

OLIVER: McKenna Hall.

MCKENNA HALL: Salut.

OLIVER : Je m’attendais à tomber sur un vieux type en costume miteux, et je vois McKenna Hall.

MCKENNA HALL : Je suis une fille surprenante.

OLIVER : ça, je m’en souviens. Tu nous avais fait expulser de cette boite de nuit. Le club de...

MCKENNA HALL : Ok, ok, pour ma défense, aucun panneau ne précisait qu’on n’avait pas le droit de se déshabiller.

OLIVER : Alors tu es dans la police. Tu ne dois plus faire la fête autant qu’avant.

MCKENNA HALL : Ah, je vais toujours en boite, seulement c’est en infiltration et je ne dois plus m’habiller aussi court qu’avant, pour pouvoir cacher ma plaque et mon arme.

OLIVER : Bien sûr.

MCKENNA HALL : Alors qu’est ce qu’un flic des mœurs peut faire pour toi.

OLIVER : Vertigo.

MCKENNA HALL : Ah oui, c’est vrai. J’ai vu ta sœur à la Télé. Je suis désolé.

OLIVER : Le juge a décidé de faire un exemple. Alors je me suis dis que si tu retrouvais le dealer, ça pourrait alléger la pression que ma sœur a sûr elle.

MCKENNA HALL : C’est plus facile à dire qu’à faire.

OLIVER : J’ai mené ma petite enquête et j’ai trouvé un nom. Euh... le Conte.

MCKENNA HALL : Oliver, on connait ce nom depuis des mois.

OLIVER : Oh...

MCKENNA HALL : J’aimerais que le dossier soit plus épais, mais on n’a pas grand-chose sur lui. Je serais ravi de pouvoir te dire qu’on l’arrêtera avant le procès de ta sœur. Mais il y a très peu de chance, qu’on y arrive. Bon, excuse moi, je suis en retard pour ma ronde.

OLIVER : Et bien, si tu apprends quelque chose sur ce type. Prévient moi.

MCKENNA HALL : J’ai toujours adoré que tu prennes autant soins de ta sœur, mais laisse la police faire son boulot, d’accord.

OLIVER : D’accord.

Oliver quitte le poste de police tandis que Lance s’avance vers McKenna pour la questionner sur la venu d’Oliver.

LT LANCE : Queen voulait quoi ?

HALL : C’est un vieil ami. Sa sœur a de gros problèmes. Autre chose lieutenant ?

LT LANCE : Non !

McKenna quitte à son tour le poste de police.

 

DANS UN ENTREPÔT DE STRALING.

L’homme qu’Oliver à poursuivie est assit sur une chaise, il semble inquiet. Arrive quelque instant plus tard le Conte armé d’un pistolet qu’il dirige sur la tête de son informateur. Le conte est accompagné deux gardes corps. Il s’approche et s’aperçoit que la veste de son informateur est trouée.

LE CONTE : Tu as besoins d’un tailleur.

L’HOMME : Vous avez entendu parler de l’archer. Il vient de me coincé.

LE CONTE : Tu as vu l’archer.

L’HOMME : Oui, mais je ne lui ai rien dit.

LE CONTE : Oh, je sais. Tu ne peux pas divulguer des secrets que tu ignores. Mais tu serviras d’exemple pour les autres.

Le conte s’avance vers le cou de son informateur et lui plante dans le cou deux aiguille et lui injecte une dose massive de Vertigo.

LE CONTE : Du vertigo dans sa formulation la plus pure. Quand on l’injecte directement dans le sang elle touche une partie du cerveau appelé thalamus, ou sont centralisé toute les informations collectées par tes récepteurs de la douleur. Tu es entrain de ressentir d’atroce souffrance. Mais ce n’est qu’une illusion. Tu pense que tu souffre. Ça dure parfois pendant des jours, jusqu'à ce que le cœur finisse par lâcher. Ça te plait !

L’HOMME : Arghhhhhh 

Le conte donne à l’homme assit sur la chaine un pistolet...

LE CONTE : Il n’y a plus qu’une balle dedans. Maintenant tu peux te servir de cette balle pour me tuer et ainsi obtenir ta vengeance, ou t’en servir pour te tuer. Je te laisse faire ton choix.

L’HOMME : Arghhhhhh.

L’informateur souffre tellement qu’il abrège sa grande douleur en se tirant l’unique balle.

LA CONTE : L’archer est à ma recherche. Ça c’est intéressant.

Le conte quitte l’entrepôt.

 

CHEZ LAUREL

Celle-ci prend son ordinateur et s’assoit devant la table de la cuisine. Tommy arrive.

TOMMY : Je découvre que tu n’es pas très câline le matin.

LAUREL : Et moi je découvre que tu as beaucoup de mal à te réveillé avant midi.

TOMMY : C’est vrai. Oui, alors si tu défends des gens toute la journée et que moi je m’occupe du night club toute la nuit. Je me demande quand nous allons nous voir.

Quelqu’un frappe à la porte.

TOMMY : Laisse, j’y vais.

OLIVER : Salut.

TOMMY : Salut. Euh, comment va Thea ? Elle tient bon ?

OLIVER : ça peut aller.

TOMMY : Ok.

OLIVER : Je te remercie. En fait j’étais venue parler à Laurel.

TOMMY : Bien sûr.

OLIVER : Salut.

LAUREL : Salut.

OLIVER : Je te remercie d’être venu au tribunal.

LAUREL : C’est normal. Mais je ne pense pas que je juge reviendra sur sa position. Opter pour une politique de sévérité est un moyen d’assurer sa réélection.

OLIVER : Je voudrais que tu parle à ton père. Il fait parti du système et peut-être qu’il pourrait convaincre le juge Brakett de faire preuves d’un peu d’indulgence.

LAUREL : Oliver ! Je ne crois pas...

OLIVER ; Je suis entrain de préparer quelque chose, de mon côté, mais, si ça n’aboutie, pas ton père est ma meilleur chance d’aider ma sœur... Je t’en pris.

LAUREL : Je vais voir ce que je peux faire. Mais je ne te promets rien.

OLIVER : Merci. Salut.

Oliver quitte l’appartement

 

DEVANT LE POSTE DE POLICE

Laurel discute ave son père.

QUENTIN: Pas question !

LAUREL : Papa je sais ce que tu penses d’Oliver.

QUENTIN: Alors pourquoi tu viens me demander ça.

LAUREL : Parce que Thea est jeune, elle n’a que 18 ans.

QUENTIN : Alors, elle est adulte. Qu’elle assume ses responsabilités. Il est temps que quelqu’un le fasse dans cette famille.

LAUREL : Et la famille Lance alors ? Une jeune fille qui part en vrille, qui se met à prendre toute sorte de risques. Ça ne te rappel personne ?

QUENTIN : Je sais ce que tu vas dire.

LAUREL : Thea ressemble exactement au souvenir que j’ai de Sara.

QUENTIN : Elle n’a rien à voir avec le souvenir que moi j’ai de ta sœur.

LAUREL : C’est parce que tu te souviens d’elle, comme tu aurais voulu soit et pas telle était dans la réalité. Elle n’était pas la sainte que tu as fait d’elle. Je sais qu’elle a été arrêtée pour vole à l’étalage et que tu as étouffé l’affaire.

QUENTIN : Peut-être que si je l’avais laissé aller en taule, Queen ne l’aurait pas emmené sur son bateau.

LAUREL : A t’entendre on n’a l’impression qu’il l’a enlevé. Pendant longtemps on n’a tenu Oliver pour responsable de la mort de Sara, mais elle aussi était responsable. Quand je regarde Thea, je vois ce qu’il y avait de mieux en Sara et je retrouve tout ses défauts aussi. Oui, Thea a commit des erreurs, mais elle a beaucoup souffert. Elle a perdu son père et son frère. Elle n’a pas besoins de la prison. Elle a besoins qu’on s’occupe d’elle. Alors je t’en prie.

QUENTIN : Je passerais des coups de fils.

 

ENTREPÔT DES RUSSE

Oliver arrive avec deux sacs noir, Diggle le suit.

DIGGLE : J’ai vu pas mal d’affiche en cérylique en Afghanistan. C’était l’héritage des soviétiques. C’est un russe qui tient ça ?

OLIVER : C’est le repaire plus tellement secret de la Bratva à Starling City. Diggle, quoi que je puisse dire, quoi qu’il arrive, suit le mouvement.

Le russe arrive et Oliver prononce des mots en russe.

ALEXI : C’est un plaisir partagé. Ça faisait longtemps. Et plus encore pour un capitaine de la Bartva.

OLIVER : Je cherchais le placement financier le plus intéressant. J’ai choisis les produits pharmaceutiques et je ne parle pas d’aspirine.

ALEXI : Un choix judicieux. La méphédrone serait un bon investissement pour vous. C’est tout nouveau, les jeunes adorent.

OLIVER : Je pensais au Vertigo. C’est encore plus nouveau.

ALEXI : Un marché difficile, le Vertigo. Il n’y a qu’un seul vendeur.

OLIVER : Je sais. Vous me rendriez service en organisant une rencontre.

ALEXI : Ce n’est pas un homme facile et il n’aime pas beaucoup les nouvelles têtes.

OLIVER : Voilà tout ce que la police a sur lui. Dites lui que c’est un cadeau. (En lui donnant le dossier que McKenna lui a fourni)

ALEXI : Je verrais ce que je peux faire pour vous, mais à condition que vous me rendiez aussi un service.

OLIVER : Tout ce que vous voudrez.

ALEXI : Je dois vous dire qu’il est extrêmement rare qu’un Américain soit tenu en si haute estime par notre organisation. Mon cher monsieur Queen. Anatoli Knyazev se fait la plus haute opinion de vous.

OLIVER : Normal, je lui ai sauvé la vie. Qu’est ce qu’il a fait ?

ALEXI : Quelque chose qu’il n’aurait pas du faire. Maintenant le service. Tuez cet homme pour moi et je serais convaincu que votre intérêt pour notre organisation est authentique et ensuite j’arrangerais une rencontre avec le Conte.

DIGGLE : Oliver !

OLIVER : La ferme !

Oliver s’exécute et tue l’homme en l’étouffant. Celui-ci tombe ensuite au sol l’homme de main d’Alexi vérifie qu’il est bien mort. Alexi remercie Oliver.

OLIVER : Les amis c’est fait pour ça.

 

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Yao Fei fait sortir Oliver de sa cage pour l’emmener voir un combat.

OLIVER : Pourquoi tu m’as fait sortir ? Qu’est ce qui se passe ? Est-ce qu’on part d’ici ? Où est ce que tu m’emmène ?

Les deux hommes arrivent sur le lieu ou deux hommes se combattent à mort. L’un des deux est masqué. Le combat s’arrête lorsque l’homme masqué tue l’autre.

FYERS : Je reconnais que ce combat a été particulièrement inégal. Quelqu’un d’autre veut tenter sa chance ?

Yao Fei pousse alors Oliver

FYERS : Ces jeux du cirque improvisé, en plus de nous distraire ont pour but de renforcer la cohésion de nos unités. A cette fin, je crois que nous devrions donner à notre toute dernière recrue une chance de se faire la main.

Yao Fei se prépare à combattre Oliver.

 

                                                                       RETOUR AU PRESENT

Dans la ruelle de l’entrepôt, Oliver transporte sur son épaule gauche l’homme mort dans le coffre de la voiture.

 

DANS LA RUELLE DE L’ENTREPÔT RUSSE.

DIGGLE : Je n’en reviens pas. Tu viens de tuer ce type.

OLIVER : Je suis content de voir que la confiance règne.

Diggle ouvre le coffre de la voiture et Oliver dépose l’homme mort dedans. Oliver regarde autour de lui avant d’apposer ses doigts sur le cou de l’homme. Celui ci se réveille en sursaut.

DIGGLE : Waouh ! Très joli tour. Tu pourras me l’apprendre un jour ?

Oliver assomme l’homme d’un coup de poing avant de refermer le coffre.

OLIVER Non !

DIGGLE : Qu’est ce que tu fais ?

OLIVER : Occupe-toi de lui faire changer d’identité et fait lui quitté la ville.

DIGGLE : Alors tes copains russes vont faire sortir le Conte de sa cachette et l’archer va l’arrêter.

OLIVER : Non ! Parce que je ne pourrais plus faire appel à la Bratva s’il comprenne que je me suis servi d’eux. Je verrais le Conte sous ma propre identité. Je le laisserais repartir et on le suivra jusqu'à son repaire.

DIGGLE : C’est aussi facile que ça.

OLIVER : J’aurais quand même besoins de mon fidèle garde du corps.

DIGGLE : Fantastique. J’ai hâte de me lancer dans ma toute nouvelle carrière de dealer.

 

GARAGE DES RUSSES

ALEXI : C’est un capitaine et il a énormément d’argent. Etes vous intéressé ?

LE CONTE : Hum... Nous allons dire...Oui.

 

MANOIR DES QUEEN

Oliver et Laurel son assit sur un canapé dans le salon. Thea est assit en face d’eux.

LAUREL : Mon père a convaincu le juge de faire exceptionnellement preuve d’indulgence.

THEA : Pourtant ton père me déteste.

LAUREL : Non ! Il déteste ton frère.

THEA : Ecoute personne ne t’a demandé de t’impliquer dans cette affaire.

OLIVER : Je l’ai fait !

LAUREL : Alors voilà. Le juge Brakett a fini par consentir à te condamner à 500 heures de travail d’intérêt général et à deux ans de mise à l’épreuve. A condition que l’ont désigne une personne agissant in loco parentis

THEA : In loco quoi ?

LAUREL : Ça veut dire que le tribunal va se charger de designer un individu dont le rôle sera de répondre de toi. Moi !

THEA : Alors là merci, mais non merci !

OLIVER : Thea ! En fait tu n’as pas le choix !

THEA : Oh ! Je suis désolé de te contredire. Seulement j’ai 18 ans et je suis assez grande pour prendre mes propres décisions. ! Et je décide... de ne pas devenir esclave au bureau de ton ex petite amie.

LAUREL : Bon, et bien si tu change d’avis.

Laurel quitte le canapé en compagnie d’Oliver qui l’a remercie.

OLIVER : Je te remercie. Dit-il en s’adressant à Laurel. Puis il retourne vers sa sœur. Thea ! Tu as de très gros ennuies et c’est uniquement ta faute. Te drogué et prendre le volant c’était plus qu’idiot ! C’est un excellent accord que Laurel t’a obtenue. Alors pourquoi tu ne saute pas sur l’occasion.

THEA : J’ai déjà une mère Oliver.

OLIVER : Ah ouais ! Alors, tu veux aller en prison ? Et tu veux gâcher le reste de ta vie ?

THEA : Non ! C’est la vie de maman que je veux gâcher. C’est une sale menteuse ! Et elle est infidèle ! Fait toi une raison ! Tu peux continuer à faire comme si notre mère était une sainte. Mais je l’a déteste ! Et elle a trahit papa !

OLIVER : Alors qu’est ce que tu vas faire ? Tu vas aller en prison pour la contrarier ! Thea. Maman n’a pas trompé papa. C’est lui qui l’a trompé.

THEA : Sérieusement ! Tu n’as rien trouvé de mieux.

OLIVER : Papa n’était pas l’homme qu’on croyait. Sur le Queen’s Gambit juste avant de mourir... Il m’a avoué qu’il nous avait trahit. Toi, moi et maman. Il n’était pas celui qui disait être et il m’a dit qu’il regrettait, de ne pas avoir eu plus de temps pour réparer ses tords.

THEA : Je ne te crois pas Oliver.

OLIER : Bien sûr que tu le crois ! Seepdy...

THEA : Laisse-moi tranquille.

Théa quitte la pièce contrarié, lorsqu’Oliver se retourne sa mère est là.

MOIRA : Comment as-tu osé ?

OLIVER : Elle est assez grande pour savoir la vérité.

Lorsque Moira quitte la pièce, Diggle arrive pour informer Oliver.

DIGGLE : Les Russes ont appelé. Le rendez vous a été prit. C’est ce soir.

 

LIEU DE RENDEZ VOUS DU CONTE

ALEXI : Vous savez pourquoi, on l’appel le Conte ? Pendant l’élaboration de cette drogue, il l’expérimentait sur les sans domicile fixe, les prostituées, les fugueurs, les policiers retrouvaient leurs cadavres avec des petits troues dans le cou, comme des dents de vampires. Croyez moi, si vous le connaissiez, vous ne sauriez pas si pressé de le voir.

La voiture du Conte vient d’arrivée au lieu de rendez vous qu’il a fixé. Celui-ci sort de la voiture avec un garde du corps qui fouille Oliver et Diggle.

LE CONTE : Merci pour le dossier. Mais la police de Starling ne m’inquiète pas plus que ça. Alors messieurs, ils sembleraient que vous souhaitiez prendre une part active du commerce du bien être.

OLIVER : Exact !

LE CONTE : Pour quelle raison ?

OLIVER : Et bien, je vais ouvrir une boite de nuit et j’aimerais offrir à mes clients quelque chose... que mes concurrents n’ont pas.

LE CONTE : Il se trouve justement, que cherche à développer mon activé. La valeur d’un grand vin se mesure à son millésime, le nombre d’année qu’il a passé à fermenté, pour le Vertigo, elle se mesure en vies humaines. 56 personnes sont mortes pour perfectionner cette drogue. Vous pouvez me croire quand je vous dis que ces personnes ne sont pas...mortes pour rien.

Le conte donne la mallette à Oliver, au même moment la police arrive sur les lieux, tous s’en fuit.

LT LANCE : Police de Starling City, posez vos armes à terre !

Des coups de feu sont échangés.

LT LANCE : A terre !

Dans cette fusillade, Oliver prend le risque de poursuivre le Conte.

DIGGLE : Oliver !

Diggle le suit, quant à Oliver il élimine un garde du corps du Conte en lui assignant un coup de poing. Lorsqu’Oliver rejoint le Conte celui-ci lui enconce dans le thorax une seringue de Vertigo.

LE CONTE : Jamais de témoins !

Oliver grimace. Dans la rue la fusillade continue.

MCKENNA HALL: Sortez du véhicule!

Oliver retire la seringue de sa poitrine, Diggle arrive peu de temps après.

DIGGLE : ça va ?

OLIVER : Garde la seringue, c’est du vertigo.

DIGGLE : Allez faut y aller, ne traine pas ici.

 

BASE D’ARROW

Diggle a déposé Oliver sur la table, tandis que ce dernier souffre. Diggle se dépêche de préparer l’antidote. La vue d’Oliver se trouble et au moment ou Diggle vient lui faire boire l’antidote, celui-ci empoigne Diggle à la gorge.

DIGGLE : Oliver... Oliver... Doucement, doucement.

Ce dernier défait son étreinte de Diggle et celui-ci lui fait avaler l’antidote.

DIGGLE : Boit !

Oliver hurle.

 

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Sur l’île Oliver se fait battre par Yao fei.

 

                                                                       RETOUR AU PRESENT

Oliver se réveillé difficilement, lorsqu’il ouvre les yeux Diggle est au dessus de lui, il est attaché à la table.

DIGGLE : Bonjour. Comment tu te sens ?                  

OLIVER : Je me sens comme si je me remettais de la pire gueule de bois de ma vie.

DIGGLE : Vu l’expérience que tu as dans ce domaine, ça doit-être vraiment quelque chose.

OLIVER : Tu crois que tu peux m’enlever ça ? Je ne vais pas essayé de te tuer...promis.

Diggle détache les menottes d’Oliver.

DIGGLE : Tu tiens debout ? Tu m’impressionne. Le Conte t’a envoyé qu’une demi-dose, mais tu as transpiré comme un cheval dopé pendant toute la descente.

OLIVER : Le Conte. Est-ce que à tout à hasard la police à réussi à lui mettre la main dessus ?

DIGGLE : Absolument pas. En revanche, on a mit la main là-dessus, on devrait l’analysé. Tu devrais peut-être rester tranquille quelques heures, tu as frôlé l’overdose, c’est assez grave pour que tu t’en préoccupe.

OLIVER : Ce qui arrive à Théa aussi.

 

MANOIR DES QUINN

Oliver et Diggle arrive dans le salon.

OLIVER : Qu’est qui ce passe ? Il n’est rien n’arrivé à Thea ?

LT LANCE : Ce n’est pas à propos de ta sœur, c’est à propos de toi.

OLIVER : Quoi ?

LT LANCE : Hier soir on a reçu un coup de fils d’un indique, il nous a permis d’empêcher une vente de drogue entre un gros dealer et la mafia russe.

OLIVER : Nous ? Je croyais que tu étais aux mœurs ?

MCKENNA HALL : C’était une action conjointe, le vertigo nous oblige à l’entraide.

LT LANCE : Comme je disais, hier soir un deal de drogue a dégénéré. Un témoin dit qu’il t’a vu sur les lieux.

OLIVER : Votre témoin a du me confondre.

LT LANCE : Ah oui ?

MCKENNA HALL : Je t’ai vu Oliver.

MOIRA : Est-ce que c’est vrai ?

OLIVER : J’étais là pour me renseigner sur le Conte. C’est lui qui a vendu la drogue à Thea, alors j’ai pensé que si je voyais son visage, je pourrais vous donner de quoi faire un portrait robot. Alors j’ai versé à un voyou d’origine russe une somme astronomique pour qu’il nous présente.

MCKENNA HALL : Et tu as réussi à le voir ?

OLIVER : Non.

MOIRA : Très bien, allez vous engager des poursuites contre mon fils ?

LT LANCE : Si tu recommence, c’est l’intérieur d’une cellule que tu verras et cette fois-ci tu ne pourras pas y échapper.

MCKENNA HALL : Au revoir madame.

OLIVER : Lieutenant. Merci d’être intervenu pour Thea.

LT LANCE : Ma fille m’a demandé un service et je lui ai rendu. C’est tout ce que j’ai fait.

MCKENNA HALL : Tu ne te dis pas, que je t’ai vendu ?

OLIVER : Non. Tu fais ton travail.

Tous quittent la pièce, sauf Oliver qui se trouve seul face à sa mère.

MOIRA : Qu’est ce qui t’es passé par la tête ?

OLIVER : Je voulais aider la police.

MOIRA : Comment ? En t’acoquinent avec la mafia russe et un trafiquant de drogue doublé d’un tueur ! As-tu perdu la tête ?

OLIVER : Oh, oh, franchement je crois que si tu es autant en colère après moi, c’est parce que j’ai dis à Thea, la vérité sur notre père.

MOIRA : Elle n’avait pas besoins de savoir tout cela !

THEA : Si maman... je suis suffisamment grande pour connaitre la vérité.

OLIVER : Maman...

MOIRA : ça n’a rien à voir avec ton âge... je n’ai rien dit pour ne pas gâcher le souvenir que tu garde de ton père. Il t’aimait, quelques étaient ses fautes, il t’aimait de tout son cœur.

THEA : Je t’ai dit que j’aurais préféré... que ce soit toi qui meurs à sa place et pourtant, tu as continué à garder ce secret. Mais pourquoi ?

MOIRA : Un beau jour Thea... j’espère que toi aussi tu auras la chance d’avoir une fille, alors tu sauras.

THEA : Je suis désolé de t’avoir dit ça.

MOIRA : Je sais, je sais.

Moira et sa fille se font un câlin. Oliver en profite pour s’éclipser et rejoindre Diggle.

DIGGLE : Et maintenant ?

Oliver monte les escaliers et fait un malaise

OLIVER : Comme tu l’as dit, on analyse le vertigo, il est sous forme liquide, il contient de l’eau donc on peut, peut-être trouver dans quel coin de Starling City, le Conte... Encore son espèce de poison ...

DOGGLE : Oliver ? Oliver !

 

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Un homme de main de Fyers dépose Oliver au bord d’une falaise, Yao Fei, veut se charger de jeter dans le vide.

YAO FEI : Attendez ! Je vais le faire.

 

                                                                         RETOUR AU PRESENT

QUEEN CONSOLIDATED

Oliver et Diggle sortent de l’ascenseur. En sortant de l’ascenseur Oliver titube et se raccroche au mur, Diggle le rattrape par le bras.

DIGGLE : Ecoute, il faut que tu ailles à l’hôpital.

OLIVER : Non !

DIGGLE : Oliver dieu seul sait ce qu’il y a dans cette drogue, elle provoque peut être des dégâts irréparable.

OLIVER : Félicity ? Ça va ? On m’a dit que vous seriez là.

FELICITY : Vous avez l’air d’un oiseau ramené par un chat. Je ne dis pas qu’il a un chat dans l’immeuble. Enfin... un jour il y en a un qui est entré, mais un gardien lui a mit un coup de matraque électrique, ça a senti le poil grillé pendant une semaine.

OLIVER : Vous pouvez vous éloigner de la fenêtre un petit moment ? J’ai une légère gueule de bois.

FELICITY : A mon avis ce qu’il vous faut, c’est de l’aspirine. On n’en a pas au service technique.

OLIVER : En faite mon ami Kevin va lancer une boisson énergisante, il dit que c’est un remède génial contre la gueule de bois, mais je ne veux... je ne veux pas boire n’importe quoi. Je pends grand soin de mon corps.

FELICITY : J’avais remarqué. J’ai dis pas remarqué, n’est pas ?

OLIVER : J’essaie de trouver la composition. Vous pourriez analyser l’échantillon et trouver dans quelle partie de la ville il a été fabriqué ?

FELICITY : Si c’est une boisson énergisante, pourquoi est-elle dans une seringue ?

OLIVER : Je n’avais plus de gourde en plastique.

FELICITY : Je vois.

DIGGLE : Ton baratin devient de moins en moins crédible.

OLIVER : Je sais, merci.

 

BASE D’ARROW

DIGGLE : Félicity, a réussie. Le solvant utilisé dans l’échantillon de Vertigo, à été dilué avec de l’eau qui provient d’un rayon de dix bloques entre les Glades et le port. Il n’y a rien là bas, à part une ancienne maison de correction abandonnée, il y a trois ans. Coupe budgétaire. Tu ne peux pas y aller Oliver. Tu soufres encore des effets secondaires du Vertigo.

OLIVER : Tu as entendu le Conte ? Il va vendre sa drogue dans toute la ville. Si on ne l’arrête pas, ça va être un véritable raz de marré.

DIGGLE : Je peux t’empêcher de partir.

OLIVER : Essaie.

Diggle prend une balle de tennis.

DIGGLE : Touche cette balle et je te laisserais y aller.

Oliver prend dans sa caisse son arc et une flèche, mais sa vu se trouble, il n’arrive pas à visé la balle de tennis que tient Diggle.

DIGGLE : C’est bien de savoir reconnaitre ses limites.

OLIVER : Tu dois toujours te rappeler une chose.

DOGGLE : La quelle ?

OLIVER : Je n’ai pas besoins de mon arc.

Oliver quitte la base.

 

STARLING CITY LA NUIT

Arrow est dans un immeuble, il monte les escaliers, lorsqu’il se fait attaquer par derrière, il élimine son attaquant, au fur et à mesure qu’il avance, il élimine les autres gardes du corps du Conte. La police arrive sur les lieux.

MCKENNA HALL : Mon indique me jure que c’est ce bâtiment.

LT LANCE : Postez-vous prêt de l’entrée latérale. Ok, par ici.

MCKENNA HALL : Suivez-moi.

Un homme de main du Conte vient le prévenir .

L’HOMME DE MAIN : Il est là !

LE CONTE : Qui ça ?

L’HOMME DE MAIN : L’archer !

Tous s’en fuit, seul le Conte reste. La police monte les escaliers.

LT LANCE : On dirait que nous ne sommes pas les seuls invités.

LE CONTE : Tu aurais dû t’en tenir à ton élite criminelle. Moi je ne fait que donner à mes clients ce qu’ils me demandent. Je me rends utile, je fourni un service public !

ARROW : Tout comme moi !

Arrow affronte le Conte, puis lui injecte du Vertigo.

ARROW : Tu vas pouvoir savourer le fruit de ton labeur.

LT LANCE : Plus un geste ! Posez la seringue ! Posez là ou je tire ! Lâchez cette seringue.

ARROW : Il mérite ce que je lui fais.

LT LANCE : Pas aux yeux de la loi. Les gens vous prennent pour un héros, les gens comme ma fille. Je voudrais qu’ils vous voient, vous n’êtes pas un héros. Vous êtes ce que j’ai toujours pensé, un assassin.

Arrow prend la fuite.

LT LANCE : Chopez-le ! On a besoins d’une ambulance, maintenant !

 

CNRI

THEA : La délinquante juvénile attend vos ordres.

OLIVER : Puisqu’ont a retiré ton permis, je viens te chercher cinq heures.

LAUREL : Six, on a beaucoup de travail à lui donner.

OLIVER : Disons, sept heures comme ça on sera tranquille.

THEA : Il est trop tard pour choisir la prison ?

LAUREL ET OLIVER : Oui.

LAUREL : Je veux que tu passes ces dossiers en revus et que tu sortes tous les documents datant de mars 2007. Ça te parait dans tes cordes ?

THEA : Ouais, je crois. Je sais que j’ai fait n’importe quoi, je te suis vraiment reconnaissante, Laurel.

LAUREL : Je sais déjà que nous allons faire de toi une citoyenne modèle, speedy.

OLIVER : Merci. Ça va lui faire du bien de prendre exemple sur quelqu’un, quelqu’un mieux que moi.

LAUREL : Oh, tu n’es pas si mal, et à moi aussi ça me fera du bien de la voir tout les jours.

Oliver reçoit un appel sur son portable.

OLIVER : Il faut que je réponde, excuse-moi. (Au téléphone) Allo ?

MCKENNA HALL : (Au téléphone) On a arrêté le Conte. On n’a fouillé son labo, on a des preuves pour tout, du trafique de stupéfiant à l’homicide, il va passer un bon moment à l’ombre.

OLIVER : (Au téléphone) C’est génial, je te remercie.

MCKENNA HALL : (Au téléphone) ça m’a fait plaisir de te revoir, Oliver.

OLIVER : (Au téléphone) Moi aussi. A plus.

Oliver quitte le CNRI.

 

HOPITAL

LE MEDECIN : Son état est encore critique. Je n’avais jamais vu quelqu’un prendre une telle dose de Vertigo et survivre. Il y aucun moyen de savoir quelle sorte de dommage ont subit son cerveau et son système nerveux on ne sait pas ce qu’on peut faire.

 

BIG BILLY BURGER

Oliver est assit sur un tabouret devant une fenêtre du Big Billy Burger, les souvenirs des cinq passés sur l’île refont surface.

 

[FLASHBACK SUR L’ÎLE]

Yao Fei fait tomber Oliver dans le vide. Ce dernier tombe dans l’eau puis se réveille peu de temps après. Il sort de l’eau et trouve dans sa poche une carte.

 

[FLASHBACK SUR L’ÎLE DANS LE FLASHBACK]

Yao Fei glisse un plan de l’île puis applique ses doigts sur le cou d’Oliver et le fait rouler dans le vide. Ce dernier tombe dans l’eau et refait surface quelques secondes plus tard. Il fouille alors dans sa poche est découvre la carte.

 

[RETOUR AU FLASHBACK SUR L’ÎLE]

OLIVER : Shengcùn. Survivre.

 

                                                                       RETOUR AU PRESENT

 

BIG BILLY BURGER

Oliver est toujours assit devant la fenêtre, Félicity arrive.

FELICITY : Bonsoir.

OLIVER : Bonsoir.

FELICITY : Merci d’être venu ici, ça me rendait... nerveuse d’aller chez vous.

OLIVER : C’est vrai ?

FELICITY : Le truc, c’est que... je ne sais pas si je dois vous parler de ça. J’hésite depuis des semaines. Je peux me fier à vous ? Je ne suis pas idiote, vous m’avez sorti des boniments, assez grotesques, et pourtant... j’ai toujours la sensation que je peux me fier à vous. Comment ça fait ?

OLIVER : J’ai un visage qui inspire confiance. Pardon, oui vous pouvez vous fier à moi.

FELICITY : Alors je dois vous montrer quelque chose.

Elle sort de son sac un carnet identique à celui qui compose la liste du père d’Oliver.

FELICITY : Vous l’aviez déjà vu ?

OLIVER : Non. Comment l’avez-vous eu ?

FELICITY : Par votre beau-père.

OLIVER : Par Walter...et lui, il l’a eu comment ?

FELICITY : Il a dit qu’il l’avait trouvé dans votre maison...qu’il appartenait à votre mère. Walter pensait qu’elle cachait quelque chose. Qu’elle avait d’autre secret et il m’a demandé de faire des recherches, mais il a disparu peu de temps après. Je crois que cette liste pourrait bien lui a couté la vie.

                                                                                      FIN

Kikavu ?

Au total, 217 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

christele 
24.05.2018 vers 13h

LinoaSmile 
16.05.2018 vers 12h

sanct08 
13.03.2018 vers 09h

remi1903 
08.03.2018 vers 17h

Dadou65 
07.02.2018 vers 20h

stephane25 
02.02.2018 vers 17h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Bannière de l'animation HypnoTrésor

Ne manque pas...

Participe au jeu HypnoChance pour gagner un coffret DVD ou Blu-Ray de la saison 1 de Victoria sorti chez Koba Films & L'Atelier d'Images !
Tirage au sort le 28/06 | Participation gratuite

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

623 : Perpétuité (inédit)
Jeudi 17 mai à 21:00
1.31m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

622 : Les liens qui unissent (inédit)
Jeudi 10 mai à 21:00
1.00m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

621 : Dossier N°. 11-19-41-73 (inédit)
Jeudi 3 mai à 21:00
1.10m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

620 : Changer de camp (inédit)
Jeudi 26 avril à 21:00
0.87m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

619 : Le Dragon (inédit)
Jeudi 19 avril à 21:00
0.96m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

618 : Fondamentaux (inédit)
Jeudi 12 avril à 21:00
1.06m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Une date pour la 7ème saison d'Arrow

Une date pour la 7ème saison d'Arrow
Arrow, reviendra sur les écrans américains de la chaîne CW pour sa septième saison, le lundi 15...

Nouveau sondage !

Nouveau sondage !
Le précédent sondage vous interrogeait sur ce que vous pensiez du renouvellement de la série Arrow...

Super Heroes Con IV: envie de parler à Manu?

Super Heroes Con IV: envie de parler à Manu?
Hello les fans! C'est souvent un rêve qu'on considère impossible, mais il peut devenir réalité:...

Convention Arrow en France la semaine prochaine!

Convention Arrow en France la semaine prochaine!
Le week-end des 23 et 24 juin se déroulera à Paris la Super Heroes Con IV, la quatrième édition...

Arrow nominé

Arrow nominé
Les Teen Choice Awards 2018 de la FOX sont lancés! La première phase de votes se déroulera jusqu'au...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

Emilie1905, Hier à 20:30

Le quartier LOT a ouvert il y a 6 mois ! Nouveau sondage, nouvelle PDM, nouveau duel et une animation a été concoctée pour l'occasion

Flora12, Hier à 20:56

Une bannière pour le quartier Revenge est en vote. Nous comptons sur vos votes

Locksley, Aujourd'hui à 10:50

Nous avons eu la chance d'interviewer kimiM, HypnoVIP et admin du quartier Dark Angel ! C'est à découvrir à l'accueil, bonne lecture !

cobrate, Aujourd'hui à 12:05

Le quartier Le Monde de Joan cherche ses fans^^ venez faire vivre la série

juju93, Aujourd'hui à 17:04

Encore 1 jour pour voter au 1er quart de finale du tournoi de chant sur The L Word ! Jane Lynch ou Cybill Shepherd, qui va l'emporter ?

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site